AD35

Prix CBPT.Prix LIVRENTETE

Formations cbpt

Lectures

Les ouvrages qui ont retenu notre attention - Secteur adulte -

Avril 2017

La Veuve
Fiona BARTON

Fleuve Noir
traduit de l'anglais
409 pages

Un travail sans histoire, une jolie maison, un mari attentionné... la vie de Jane Taylor a toujours été ordinaire, jusqu’au jour où une petite fille disparaît: les médias désignent Glen, son époux comme le suspect principal de ce crime. Quatre ans plus tard Glen est renversé par un bus; traquée par une journaliste et un policier en quête de vérité, Jane, La Veuve, va-t-elle enfin donner la véritable version de l’histoire?
Un suspense bien mené qui peine un peu au début mais dont le rythme s’accélère provoquant l’intérêt du lecteur. (DB)

Nuit
Bernard MINIER

XO
 
524 pages

La trace du tueur suisse qu’a traqué Martin Servaz voici 6 ans est retrouvée en Norvège. L’officier Kristen Nigaard de la police d’Oslo rejoint Martin à Toulouse afin de relancer l’enquête sur le pervers et violent Jullian Hirtmann. La photo d’un enfant dans les effets personnels d’Hirtmann laisse penser qu’il a désormais un fils. Les enquêteurs décident de trouver d’abord le garçon. Mais Hirtmann n’est pas tueur à se laisser surprendre.
Ce roman qui remet en scène le commandant Servaz reprend un personnage clé de "Glacé", qu’il n’est pas indispensable d’avoir lu.
Un thriller rythmé, à l’intrigue prenante et au suspense bien entretenu. (JC)

La Femme à droite sur la photo
Valentin MUSSO

Seuil
 
427 pages

Une jeune actrice disparaît en 1959. L’affaire ne sera jamais résolue. 40 ans plus tard, son fils David, devenu scénariste, est sollicité par Wallace Harris, le réalisateur pour lequel tournait sa mère au moment de sa disparition. Cette rencontre incite David à mener sa propre enquête.
Ce roman transporte le lecteur dans le milieu du cinéma à deux époques: 1959 et la fin des années 90. De nombreuses références cinématographiques parsèment le récit, sans rien apporter à l’intrigue. L’histoire se développe lentement et gagne en rythme à mi-parcours. Les personnages sont sympathiques mais restent superficiels. L’écriture simple et fluide en fait une agréable lecture de détente. (JC)

La Menace
S. K. TREMAYNE

Presses de la Cité
traduit de l'anglais
379 pages

En Cornouailles, Angleterre. Nous entons dans la famille Kerthen qui a fait fortune depuis des générations dans l’extraction d’étain. Nina, un des membres de la famille a mystérieusement disparu dans un puits lors d’un noël.
Thriller parfaitement entretenu dans cet immense manoir que semble hanter le fantôme de Nina et où n’importe qui peut se cacher dans les deux kilomètres de galeries qui s’étendent sous la maison. (PC)

Colette et les siennes
Dominique BONA

Grasset
 
920 pages

Voici la biographie de 1914 à 1954 de Colette et de ses trois meilleures amies, la comédienne Marguerite Moreno, la journaliste et écrivain Annie de Pène, la danseuse de cabaret Musidora.
D. Bona trace les portraits de femmes qui ont en commun le goût de la liberté, des mœurs libérées, mais aussi des périodes de galère; des femmes libres qui ressentent et vivent leur liberté avec sincérité, des femmes amoureuses et passionnées qui "suivent leur fantaisie sans se soucier du regard de la société". (PD)

Après l'incendie
Robert GOOLRICK

Anne carrière
traduit de l'américain
349 pages

Sud-est de Etats-Unis, première guerre mondiale. Diane, l’héroïne, jeune femme de 18 ans, vit avec ses parents dans leur propriété, Saratoga, la plus belle demeure du sud. Mais la famille est en faillite et ne peut plus assurer l’entretien de la maison et leur train de vie. Diane se sacrifie en épousant le riche capitaine Copperton, avec qui elle pourra assouvir son besoin de luxe. Après un fils et dix ans de mariage, Copperton meurt en laissant sa fortune à son fils. Le destin, comme une bourrasque va alors changer le cours de la vie de Diane.
Grande fresque historique et humaine qui fait passer un bon moment de lecture. (MH)

Les filles au lion
Jessie BURTON


traduit de l'anglais
489 pages

Sur deux périodes, 1967 et 1936, deux jeunes femmes cherchent à exprimer leur talent, l’une est peintre, l’autre écrivain.
Un tableau attribué à un peintre espagnol trop tôt disparu va réunir les deux artistes, l’une cherchant la vérité sur l’autre.
Par l’auteur de "Miniaturiste" un roman qui se lit avec plaisir même si la fin est un peu prévisible. (MM)

La Sonate à Bridgetower
Emmanuel DONGOLA

Actes Sud
 
333 pages

A travers le portrait de Georges Augustus Polgreen Bridgtower, jeune violoniste prodige et métis, Emmanuel Dongola explore une époque, celle de la fin du XVIIIème siècle qui va connaître de grandes révolutions à la fois politiques, scientifiques et artistiques.
C’est un très bon moment de lecture susceptible d’intéresser un large lectorat. (CA)

L'Herbe maudite
Anne ENRIGHT

Actes Sud
traduit de l'irlandais
292 pages

Une famille irlandaise contemporaine, avec quatre enfants qui s’émancipent. Les années passent, la mère, veuve, décide de réunir ses enfants pour un dernier Noël.
La présentation originale de la destinée de chacun des enfants à partir d’une journée, la fine analyse psychologique, un incident dramatique sont les qualités de ce roman.
L’entrée dans le récit est un peu ardue mais ensuite le plaisir de lecture est assuré. (DD)

Le Dernier arrivé
Marco BALZANO

Philippe Rey
traduit de l'italien
240 pages

Ninetto, la soixantaine, emprisonné à Milan, se remémore sa jeunesse dans l’Italie d’après-guerre et le parcours qui l’a mené jusqu’en prison.
Une fresque très réussie sur l’évolution de la société ouvrière italienne entre les années soixante et aujourd’hui, vue sous l’angle d’un personnage émouvant et attachant.
L'écriture fluide est accessible à tous. (LB)

Les Furies
Lauren GROFF

Ed. de l'Olivier
traduit de l'anglais (EU)
426 pages

Lotto et Mathilde se rencontrent à l’université, se marient très vite et semblent promis à un bel avenir. Dix ans plus tard, Lotto est devenu un dramaturge au succès planétaire, et Mathilde, dans l’ombre, l’a toujours soutenu. Le couple qu’ils forment est l’image type d’un partenariat réussi. Mais les histoires d’amour parfaites cachent souvent des secrets.
Un roman dense et puissant sur la relation de couple, le mystère de l’âme humaine, le processus de création, le poids de l’enfance, le rôle des parents et des amis, le tout sur fond de société américaine des années 80 à 2014.
Une lecture qui demande de l’attention. (DB)

La Petite fille et le monde secret
Maren UTHAUG

Actes Sud
traduit du danois
282 pages

Ce roman retrace la vie de Kristen, petite fille déracinée mais imprégnée des croyances ancestrales qu’elle va continuer à faire vivre longtemps à l’instar des adultes. Dans la société danoise moderne, cadre de son nouveau mode de vie, le monde secret de Kristen va perdurer dans l’esprit de la petite fille et de la femme qu’elle va devenir en suscitant de nombreuses interrogations.
Elle entreprendra 20 ans plus tard un voyage de retour en son pays.
Un beau roman sur l’enfance et le déracinement. (PD)

La Vie magnifique de Frank Dragon
Stéphane ARFI

Grasset
 
267 pages

Frank vit avec ses parents, Ona et Tateh, ses deux poupées, Shakti et Nama, son hamster Babaji et aussi avec le silence. IL est muet mais voit, entend et comprend très bien. C’est lui qui raconte son histoire: il est pris dans les drames de la seconde guerre mondiale et nous emporte dans un voyage initiatique, celui de l’enfant, devenu adulte qui transcende les épreuves et la souffrance.
Un roman sur la guerre mais vu à travers le regard d’un enfant muet, un livre plein d’humanité, très original et bouleversant, à condition de rentrer dans l’écriture de l’auteur (JD)

La Masna
Raffaella ROMAGNOLO

Les Escales
traduit de l'italien
340 pages

La jeune Emma est mariée au fils des Francesi, propriétaires terriens, et elle n’a pas son mot à dire, on lui demande juste de travailler. Ce qu’elle fera avec vivacité et sa rage de vivre l’aidera à surmonter les épreuves. Elle deviendra la maîtresse de maison et sera si fière de son fils Mario. Puis elle partira vivre à la ville chez sa file Luciana pour s’occuper de la petite Anna.
Ce roman nous décrit la vie de ces trois femmes et particulièrement le joug qu’elles subissent encore dans l’Italie paysanne de la moitié du XXème siècle.
Lecture intéressante suggérant un léger suspense. (MD)

Le Bureau des Jardins et des Étangs
Didier DECOIN

Stock
 
387 pages

Au XIIème siècle, dans l’empire du Japon, le voyage à travers monts et forêts d’une jeune veuve partie à la capitale livrer les carpes attrapées par son défunt mari.
Dans ce récit les odeurs, les couleurs et les sensations tiennent autant le lecteur que les péripéties du voyage jusqu’à la cour.
Un vrai bonheur de lecture. (MM)

Les Parapluies d'Érik Satie
Stéphanie KALFON

Joëlle Losfeld
 
211 pages

On découvre Erik Satie en 1901 alors qu’il n’a que trente cinq ans; il vit à Arcueil dans un immense état de dépression et de solitude.
L'auteur livre une biographie particulièrement teintée par la mélancolie du personnage. Son immense chagrin trouve sa source dès sa plus tendre enfance avec le décès de sa petite sœur de sa mère et de sa grand-mère. Le compositeur souffre aussi de ne pas être reconnu par ses pairs; Erik Satie reste en perpétuel décalage dans un monde qui est pourtant en train d’entrer dans la modernité.
Sujet original pour lequel l’auteur a su trouver une écriture elle aussi originale. Ce roman, comme la musique évoquée, n'est pas forcément d’un accès facile pour un néophyte. (MH)

Croire au merveilleux
Christophe ONO-DIT-BIOT

Gallimard
 
233 pages

César ne se remet pas de la mort de sa compagne et décide de se suicider lorsque Nana, une étrange nouvelle voisine grecque sonne à sa porte. Peu à peu elle l’incite à revisiter les lieux qui lui rappellent son amour perdu.
Suite de "Plonger", ce roman un peu autobiographique revisite la quête du bonheur à travers les mythes grecs, le pouvoir des signes et des objets, et incite à croire au merveilleux dans une écriture raffinée. Beaucoup de suspense.
Ce n’est pas un roman-détente type mais se lit très facilement: il faut croire au merveilleux! (FB)

L'Abandon des prétentions
Balndine RINKEL

Fayard
 
239 pages

La narratrice, la fille, expose et juxtapose les fragments de la vie de sa mère, soixante-cinq en tout, l’âge de sa mère. Elle compose et précise un portrait intime enchâssé dans une ample fresque sociale contemporaine où l’on croise nombre d’autres visages. C’est que Jeanine n’a pas la fibre solitaire, elle a le goût des autres: hommes, femmes, jeunes et vieillards, émigrés d’Algérie, de Russie ou d’ailleurs, réfugiés et toutes sortes d’individus qui viennent s’épancher dans sa cuisine.
Le titre vient du fait que Jeanine a choisi une certaine liberté en abandonnant toutes formes de prétentions.
Roman fin, grave, vibrant d’humanité. (YJ)

 

Janvier 2017

Les Vies de papier
Rabih ALAMEDDINE

Les escales
traduit de l'anglais
329 pages

Aalya, 72 ans, femme originale, misanthrope et dépressive, a travaillé dans une librairie, mais consacre son temps à la traduction des plus grands auteurs de langue anglaise ou française en langue arabe. Elle raconte aussi ses souvenirs(guerre du Liban, relations familiales et amicales), le tout entrecoupé de constantes digressions littéraires ou musicales.
On se perd un peu dans ce roman dense. (FB)

Le Pays que j'aime
Caterina BONVICINI

Gallimard
traduit de l'italien
310 pages

Olivia et Valerio sont élevés ensemble bien qu’ils soient issus de milieux très différents. Olivia est l’héritière des Morganti, riches entrepreneurs du bâtiment tandis que Valerio est le fils du jardinier et de la bonne.
Au fil des années, Valerio et Olivia ne vont cesser de se séparer et de se retrouver au rythme des événements qui vont marquer leur existence, celle de leur famille et tout cela sur fond d’épisodes historiques et politiques de l’Italie des années 1980.
L'écriture est alerte et le style agréable. (CA)

L'Opossum rose
Federico AXAT

Calmann-Levy
traduit de l'espagnol
423 pages

Désespéré, Ted Mac Key est sur le point de se suicider, lorsqu’un inconnu frappe à sa porte de façon insistante. Cet inconnu lui propose un marché qui lui permettrait d’épargner sa femme et ses filles.
Un roman surprenant par son originalité, à la fois sensible et émouvant au final brillant. (GL)

Borowitz broie du noir
Steven Boykey SIDLEY

Belfond
traduit de l'anglais
307 pages

Jared, un physicien réputé, de la bonne société New Yorkaise, sûr d’avoir raison, va devoir mettre ses certitudes en question après un événement inattendu.
A travers ses personnages attachants l’auteur dépeint avec humour une société américaine de nantis. (MM)

Un Travail comme un autre
Virginia REEVES

Stock
traduit de l'anglais
327 pages

Alabama dans les années 20. Roscoe est fasciné par l’électricité. Il la détourne illégalement pour l’amener dans la ferme dont sa femme a hérité. Pour lui c’est un travail comme un autre. Mais son initiative va provoquer la mort d’un homme. A partir de là vont commencer des années de prison, d’humiliation et de désillusion.
Un très beau roman passionnant et poignant sur la dure réalité d’un homme en proie à sa culpabilité, confronté à la violence et à une lente déchéance affective. Y a-t-il place à la rédemption pour lui? (PD)

Lux
Maud MAYERAS

Anne Carrière
 
252 pages

1996. Antoine, 14 ans quitte la France pour s’installer avec sa mère dans l’extrême sud de l’Australie. Il y reste un seul été, au cours duquel son seul ami disparaît dans de dramatiques circonstances.
2016. Antoine est de retour, déterminé à faire justice lui-même.
Une écriture fluide et percutante incite le lecteur à tourner les pages des courts chapitres pour suivre le parcours d’un homme en quête de vengeance, animé par une certitude qui date de 20 ans.
Entre thriller et roman noir, le récit est dérangeant mais captivant. (JC)

Les Muselés
Aro SAINZ DE LA MAZA

Actes Sud
traduit de l'espagnol
363 pages

L’inspecteur de police barcelonais Milo Malart et son adjointe Rebecca sont amenés à résoudre une série de crimes qui font douloureusement prendre conscience à Malart que son travail lui fait voir de près ce que la pauvreté contraint les gens à faire.
Ce roman sur fond de régression sociale est très bien ficelé. Le style est tendu mais teinté d’une petite dose d’humour. (GL)

Le Verger de marbre
Alex TAYLOR

Gallmeister
traduit de l'américain
271 pages

Un soir où il remplace son père et conduit le ferry au Gasping River au Kentuky, Beam, un garçon de 19 ans tue un passager qui tente de le dévaliser. Sa victime est le fils de Loat Duncan, sorte de parrain local qui assassine sans vergogne. Beam prend la fuite. Loat, accompagné de ses dobermans agressifs se lancent alors aux trousses de Beam. Mais la vengeance est-elle le vrai motif de cette poursuite?br /> Un roman à suspense et à l’atmosphère épaisse et envoûtante. (PD)

L'Installation de la peur
Rui ZINK

Agullo
traduit du portugais
176 pages

Dans un quartier déserté, deux hommes entrent chez une jeune femme pour installer chez elle toutes les formes de peur qu’elles soient sanitaire, sociétale ou financière.
Un huis clos d’humour noir et de politique fiction. (MM)

De l'âme
François CHENG

Albin Michel
 
155 pages

Le propos du recueil est simple en apparence, il s’agit de répondre à la question d’une amie: "Acceptez-vous de me parler de l’âme?"
La réponse de F. Cheng se déploie en sept lettres qui évoquent avec érudition, élégance, clarté, et poésie les thèmes chers à l’auteur: la beauté, l’amour, le dialogue et bien sûr l’âme, l’essence même de l’humain.
C’est rare, profondément humain et totalement bienfaisant. (JD)

Giboulées de soleil
Lenka HORNACOVA-CIVADE

Alma
 
293 pages

De mère en filles, Magdalena, Libuse, Eva, naissent de pères inconnus dans l’ex Tchècoslovaquie rurale des années 30 à 1980. Chacune vivra sa marginalité entre opprobe sociale et dignité individuelle, marquées par les événements liés à leurs époques respectives. Magdalena connaîtra l’annexion nazie, Libuse le communisme, Eva la chute du mur de Berlin.
A travers leurs portraits, l’auteur dresse en creux celui de son pays natal. L’écriture est simple et juste, facile d’accès et empreinte de poésie. (LB)

Sous la vague
Anne PERCIN

éd. du Rouergue
 
199 pages

La catastrophe de Fukushima entraîne une tempête boursière qui porte préjudice à la séculaire propriété des Berger-Laffitte, négociants en cognac qui ne travaillaient qu’avec le Japon. Son autorité remise en cause, l’héritier directeur, voit son monde s’écrouler, mais semble y être indifférent. Il commence même à s’intéresser à des faits, des gens, des animaux, des comportements qui il y a peu lui auraient paru dérisoires.
Le personnage principal de cette chronique sociale est à l’opposé de l’image que l’on se fait d’un responsable d’une grande société en péril. Il est tellement décalé que le récit perd en crédibilité.
L’intrigue un peu fade est sauvée par la personnalité atypique du chauffeur. (JC)

Sur les chemins noirs
Sylvain TESSON

Gallimard
 
141 pages

Après les ravages causés par sa chute, plutôt que de marcher sur un tapis roulant dans un centre de rééducation, S. Tesson a choisi la marche, un exercice qui lui est familier.
Sur son lit d’hôpital il entend parler d’un rapport gouvernemental sur les départements restés à l’écart, que n’atteint pas le réseau internet, "une France protégée de l’aménagement". A partir de ce rapport il établit son plan de fuite qui lui fera prendre en diagonale des chemins non balisés de la frontière italienne au sémaphore de La Hague.
Ce livre est une bouffée d’air frais dans notre monde de plus en plus uniformisé et formaté. (MH)

L'Orient derrière soi
André TUBEUF

Actes Sud
 
377 pages

Un jeune Français des années 30,André, né à Smyrne, est ballotté au gré des affectations professionnelles de son père: Stamboul, Alep, Beyrouth, avec des allers-retours avec la France . Il va devoir s’adapter sans cesse avec l’étrange impression de ne jamais être à sa place. Devenu adulte il garde la nostalgie des pays de son enfance qui ont bien changé.
Très beau récit autobiographique, un peu lent parfois mais qui nous fait voyager avec le jeune André dans ce qu’est devenu l’Orient du xxième siècle. (AT)

Accès aux choix des autres sélections mensuelles
 

retour