AD35

Prix CBPT.Prix LIVRENTETE

Formations cbpt

Lectures

Les ouvrages qui ont retenu notre attention - Secteur adulte -

Mars 2021

Des Diables et des saints
Jean-Baptiste ANDRÉA

Gallimard

363 pages

Joe, pianiste, joue divinement Beethoven dans les gares et aéroports et nous confie son adolescence.
Un accident d’avion a emporté ses parents, il se retrouve à 15 ans dans un orphelinat, où l’on croise des diables et des saints: des enfants en quête d’identité, de reconnaissance et d’avenir, un prêtre et un surveillant chargé de rancœur. D’une enfance difficile certains basculent vers la douceur, d’autres vers la dureté. Les enfants rêvent d’évasion, d’une vie meilleure et se bâtissent sur des fondations cabossées.
L’auteur explore les cœurs des enfants avec une humanité rare dans ce livre, impossible à lâcher, écrit avec virtuosité. (CH)

Pachinko
Min Jin LEE

Charleston
traduit de l'anglais
622 pages

Sunja, jeune coréenne, aide sa mère à tenir une modeste pension. Un étranger la séduit. Quand Sunja découvre qu’elle est enceinte, le dilemme est terrible: devenir la maîtresse d’un homme déjà marié au Japon ou vivre dans le déshonneur. Or un jeune pasteur de santé fragile lui propose de l’épouser et de partir avec lui à Osaka.
L’intrigue suit le destin, sur quatre générations, d’une famille coréenne émigrée au Japon. Le récit qui aborde le racisme criant, le mépris et la cruauté des japonais envers les coréens, reste lumineux grâce à l’amour de cette famille pour les siens et une grande bonté. Un roman magnifique qui lie la petite histoire à la grande. (DB)

 

Le Dit du vivant
Denis DRUMMOND

Cherche-Midi

295 pages

Un séisme au Japon détruit un village mais met au jour une vaste sépulture dont la datation semble très lointaine.
Une équipe mondiale de chercheurs l’étudie mais ils remettent en cause leurs connaissances et aussi leur personnalité au contact de "l’homme d’Atsuma."
Roman original mais très ardu pour qui n'est pas scientifique, bien que l’on pense que c’est une histoire vraie et que le style est poétique. (FB)

Funambule majuscule
Guy BOLEY

Grasset

48 pages

Une introduction humoristique suivie d’une lettre de Guy Boley, datée du 6 juin 2000, puis réponse de Pierre Michon du 2 mars 2020.
G. Boley écrit son admiration pour l’œuvre et le parcours de Michon qui lui répond brièvement en livrant son avis sur la création littéraire.
Petit livre traitant sur un ton léger de la littérature. Les deux auteurs d’origine très modeste sont restés des gens "ordinaires", évitant la "cuistrerie", le vocabulaire abscons, les poses des "gens de lettres". (DD)

Le Miel et l'amertume
Tahar BEN JELLOUN

Gallimard

253 pages

Tanger. Une famille simple et tranquille: Mourad le père, Malika la mère et Samia leur fille de 16 ans naïve et romantique, écrivant des poèmes avec l’espoir de les voir publiés. Survient Kenzhir, éditeur mais surtout affairiste aux relations douteuses. Pervers protégé par les autorités locales, il viole Malikha qui n’ose dévoiler le crime car elle est persuadée d’être la cause de son malheur. Elle se confie à un journal que ses parents découvriront.
Roman exposant la corruption et l’atmosphère délétère du Maroc.
Un récit réaliste émouvant sur la situation des femmes écrasées par les traditions. (DD)

Aussi riche que le roi
Abigail ASSOR

Gallimard

206 pages

Casablanca. Sarah, une jolie fille de seize ans côtoient les riches et veut prendre dans ses filets Driss, "plus riche que le roi", s’imaginant que l’argent peut tout acheter et qu’il n'y aura plus de misère. Pourtant les choses ne vont pas se dérouler comme elles étaient prévues.
Plongée dans le Maroc des années 90, dans une société fossilisée par la tradition et l’argent.
Par une subtile approche psychologique de ses protagonistes et une plume évocatrice, l’auteure retient l’attention du lecteur; une jeune romancière à suivre. (MM)

Le Chant du perroquet
Charline MALAVAL

Préludes

311 pages

2016, Sao Paulo. Tiago est journaliste et rêve d’écrire son premier roman. Le même soir, il rencontre l’amour avec Juliana et aussi son voisin de palier, Fabiano. Lorsque Fabiano commence à se confier, Tiago est fasciné: il sait qu’il a trouvé son sujet de roman.
A travers l’histoire de Fabiano, c’est l’histoire récente du Brésil qui défile sous nos yeux: le coup d’état de 1964, la dictature et ses exactions sont au cœur du récit. Fabiano parle de son enfance et de son amour pour la belle Josefa, cette femme qui a disparue à la fin des années 60.
Un très bon moment de lecture. (JD)

Lëd
Caryl FEREY

Les Arènes

523 pages

Norilsk est une ville de Sibérie septentrionale, avec un complexe sidérurgique et minier d'où on extrait du nickel. Par une nuit hivernale, le blizzard fait descendre les températures à -60° sur la ville prise dans la neige et la glace.
Le corps d’un vieil éleveur de rennes appartenant au peuple autochtone des Nénets est trouvé au pied d’un immeuble le lendemain matin. Le policier Boris Ivanov mène une enquête qui se complique après la découverte d’un autre cadavre.
Dans ce roman très documenté et bien écrit, C. Férey raconte une Russie d’aujourd’hui encore engluée dans le passé, les trafics et la corruption. Un coup de cœur assurément. (PD)

Lunch-box
Émilie TURCKHEIM

Gallimard

248 pages

Zion Heights, détroit de Long Island. Un petit monde gravite autour de l’école: les mères délurées organisent des garden-parties, les pères souvent absents, suivent de loin les affaires de la vie courante, les couples se font et se défont tandis que les enfants préparent le spectacle de fin d’année. Tous ont pour coqueluche, Sarah, professeur de chant. Jusqu’au jour où, par accident, elle bouleverse leurs vies et la sienne.
Difficile d’entrer dans le roman avec les premières pages mais la deuxième partie permet de comprendre le malaise qui s’est installé au début du récit et de dénouer le mystère. Le roman interroge sur la vie et la mort, les relations parents-enfants et la fatalité. (DB)

Belle Greene
Dominique LAPIERRE

Flammarion

537 pages

New-York, années 1900. Une jeune fille, que passionnent les livres rares, se joue du destin et gravit tous les échelons. Elle devient directrice de la fabuleuse bibliothèque du magnat JP Morgan et la coqueluche de l’aristocratie internationale, sous le faux nom de Belle da Costa, Belle Green pour les intimes. En vérité elle triche sur tout car la flamboyante collectionneuse qui fait trembler les têtes et règne sur le monde des bibliophiles cache un terrible secret, dans une Amérique violemment raciste.
Roman contenant une vie d’une telle intensité que le lecteur ne peut qu’être fasciné.
Un plaisir de lecture et d’érudition. (CH)

 

Le Colibri
Sandro VERONESI

Grasset
traduit de l'italien
372 pages

Le Colibri, c’est Marco Carrera, 40 ans en 1999, ophtalmologue ainsi surnommé par sa mère en raison d’un retard de croissance. Cadet d’une fratrie de trois, Marco vit une enfance heureuse à Florence. L’été, sa famille s’établit dans leur maison sur la côte Toscane où va se jouer le drame dont aucun membre de la famille ne se relèvera.
C’est un livre sur les vertus de l’acceptation, le courage et la grandeur qu’il faut puiser en soi pour rester stoïque et continuer à vivre malgré la douleur.
Un roman exigeant qui ne pourra convenir à tous les lecteurs mais qui ne peut laisser indifférent et qui insuffle une foi en l’humain et une confiance en l’avenir particulièrement réconfortante. (CA)

Nos Secrets trop bien gardés
Lara PRESCOTT

Robert Laffont
traduit de l'anglais
365 pages

Ce roman retrace la publication rocambolesque du roman de B. Pasternak "le Docteur Jivago". Il tresse les fils de cette affaire vécue par plusieurs protagonistes en URSS et aux états-Unis, au temps de la guerre froide et dans le milieu de l’espionnage et de la propagande. En URSS nous rencontrons Pasternak et sa muse et maîtresse envoyée au goulag pour faire pression sur lui; Pasternak est accusé de critique de la révolution d’octobre et du système politique.
Des intervenants américains et italiens seront mêlés à l'histoire de ce roman.
Après bien des péripéties le roman paraît à Bruxelles en 1958. Et enfin, en 1985 en Russie. (MH)

 

La Pierre du remords
Arnaldur INDRIDASON

Métailié
traduit de l'islandais
343 pages

La vieille femme qui avait contacté Konrad pour qu’il retrouve son enfant abandonné à la naissance est retrouvée assassinée. Konrad avait refusé la mission... et le regrette amèrement. Il décide donc de faire ses propres recherches en marge de l’enquête officielle. Parallèlement, il suit d’autres pistes afin de découvrir qui a assassiné son escroc de père.
L’auteur livre une nouvelle fois un vrai roman d’investigation avec un héros mélancolique et maladroit, rongé par un passé familial perturbé qu’il a longtemps tenté d’ignorer.
Un récit qui s’attache à la psychologie des personnages. (JC)

Sœurs
Daisy JOHNSON


traduit de l'anglais
216 pages

.Dans un petit village anglais vit Sheela, écrivaine pour enfants, avec ses deux filles, September et July. Absence mystérieuse du père. La situation matérielle est précaire et la mère alcoolique laisse September, son aînée, diriger la maison.
September, psychopathe, manipule July qui, par admiration pour sa sœur se laisse rabaisser.
L’amour fusionnel des deux sœurs engendre un rapport perturbant dans une atmosphère glauque et malsaine. Les qualités de style percutant et évocatoire renforcent la singularité du récit. A réserver aux amateurs de sensations fortes. (DD)

Manger Bambi
Caroline De MULDER

Gallimard

198 pages

Bambi a bientôt 16 ans, une mère alcoolique, un Sig Sauer, dans son cartable et une occupation un peu particulière pour sortir de la misère dans laquelle elle est plongée depuis son enfance. Elle joue les bombes sexuelles via une application sur internet pour attirer les hommes d’âge mûr et friqués, qu’elle piège dans des hôtels de luxe.
C. de Mulder nous entraîne dans un roman noir fort; un conte social cruel sur le sujet tabou de la violence féminine et dresse un portrait de jeune fille de cité. (PD)

 

Février 2021

Ces Orages-là
Sandrine COLLETTE

JC Lattès

279 pages

Clémence fuit Thomas, l’homme qu’elle a aimé passionnément et qui l’a détruite. Clémence se cache plus qu’elle ne vit en trouvant refuge dans une petite maison. Pourra-t-elle trouver la confiance nécessaire pour se battre et reconstruire une vie?
L’auteure relate le récit glaçant d’une femme qui tente d’échapper à l’emprise d’un pervers narcissique. Elle décrit avec justesse les mécanismes qui amènent à cette emprise totale en évoquant les jeux cruels et les mots blessants qui sapent toute confiance en . Au fil du récit, l’atmosphère angoissante est amplifiée par une écriture incisive et une narration faite de phrases sèches.
Le suspense est entretenu jusqu’à la fin avec brio. (CA)

Retrouve-moi
Lisa GARDNER

Albin Michel
traduit de l'américain
468 pages

Boston. Quatre membres d’une même famille sont retrouvés sauvagement assassinés chez eux. Seule Roxana, 16 ans, la fille aînée, semble avoir échappé au massacre.
Des témoins affirment l’avoir vue sortir promener les chiens avant les coups de feu. Heureux hasard ou aveu de culpabilité?
En plongeant dans le passé de la mère des enfants, l’enquêtrice découvre une histoire tourmentée entre alcool, violences et familles d’accueil.
Plus elle avance dans l’enquête, plus la voix de Roxana, victime ou suspecte, semble la supplier en silence: "Retrouve-moi...".
Bon roman policier. (CH)

Un Papillon, un scarabée, une rose
Aimée BENDER

éd. de l'Olivier
traduit de l'américain
349 pages

Atteinte de graves troubles psychiatriques et internée en urgence, Elaine confie sa fille Francie de 8 ans à sa sœur. Dans ce nouveau foyer aimant, Francie va mettre 20 ans à grandir et à s’éloigner de la pathologie mentale de sa mère.
Francie revient par épisodes sur ces années de libération et sur tous les symboles imaginaires ou réels, vécus ou rêvés, qui l’ont guidée: un papillon échappé du tissu d’une lampe, un scarabée passé d’un polycopié au fond de la poche de son cartable, une rose séchée. Sans oublier les verrous extérieurs de la chambre, fermés chaque nuit ou la tente installée sur la terrasse.
Le langage est limpide, pour autant la lecture peut ne pas être facile sans une dose minime d’ouverture à l’imaginaire.
Un livre intimiste et plein d’humanité. (JD)

La Maison des hollandais
Ann PATCHETT

Actes Sud
traduit de l'américain
320 pages

Maeve, 10 ans et Danny, 3 ans, vivent avec leurs parents dans un manoir de la riche banlieue de Philadelphie. Les portraits des anciens propriétaires hollandais trônent toujours dans le salon. Un jour, la mère quitte le foyer sans dire où ni pourquoi. Les enfants restent seuls avec leur père et entretiennent un amour indéfectible renforcé par les épreuves.
Quelques années plus tard leur père leur présente sa nouvelle femme. Cette situation signe la fin de l’enfance et de l’innocence de Maeve et de Danny.
Dans ce bon roman, l’auteur analyse avec beaucoup de justesse l’âme humaine, les relations familiales, le mécanisme d’attachement entre les êtres et le rapport que chacun d’entre nous entretient avec le passé, surtout celui de l’enfance. (MH)

 

Zoomania
Abby GENI

Actes Sud
traduit de l'américain
356 pages

Dans l’Oklaoma, une famille est décimée par une tornade. La benjamine, Cora, 9 ans, dont c’est le premier souvenir, est embarquée par son grand frère militant de la cause animale dans une cavale imprévisible et terrible entre l’Oklaoma et la Californie.
Un roman à la croisée de l’épopée familiale, du manifeste d’urgence écologique sur l’Anthropocène, de l’enquête et du nature-writing. (PD)

Le Grand jeu
Graham SWIFT

Gallimard
traduit de l'anglais
184 pages

.Eté 1959 à Brigton, station balnéaire du sud de l’Angleterre. Jack Robinson monte des spectacles et invite Ronnie Deane, un ami rencontré à l’armée, à monter des numéros de prestidigitation hors du commun. Assisté de Evie, une séduisante jeune femme que Ronnie vient de rencontrer, ils deviennent les étoiles du spectacle.
G. Swift construit une belle histoire dans un mouvement d’aller et retour de la mémoire sur les trois personnages attachants et sur un été où les amours et les trahisons émaillent le récit en contrepoint du succès théâtral. (PD)

Un Bref instant de splendeur
Ocean VUONG

Gallimard
traduit de l'anglais (EU)
289 pages

Dans une ville américaine où règne la violence, la drogue, le racisme, le récit d’un jeune vietnamien qui vit avec sa mère et sa grand-mère. Se mélangent dans une langue poétique, les souvenirs du Vietnam, la découverte de sa sexualité, les rapports parfois tendus avec sa mère et le difficulté d’être un immigré dans une Amérique violente et raciste.
Un beau roman qu’il faut prendre comme un poème et aussi une ode à la nature. (MM)

Les Grandes occasions
Alexandre MATINE

Les Avrils

248 pages

Esther attend ses enfants pour déjeuner. Depuis quelques années cela n’arrive plus. Mais aujourd’hui ils seront tous là.
La chaleur de juillet est écrasante et l’heure tourne; certains sont en retard, d’autres ne viendront pas...
Portrait de famille qui met en lumière les raisons de dissension qui règne au cœur de cette maison. L’absence de dialogues donne une lecture dense mais attachante. (YJ)

Le Passeur
Stéphane COSTE

Gallimard

128 pages

Un jeune Erythréen, Seyoum, est passeur à Zouara, sur la côte lybienne. Il réceptionne des êtres humains, épuisés par des journées de camion et de marches forcées à travers le désert pour être embarqués sur de vieux bateaux, moyennant un prix de passage. Zeyoum considère que la fortune que lui apporte ce trafic est méritée. Un jour, parmi les migrants il reconnaît une femme de son village.
Sans porter de jugement, ce livre informe de ce drame permanent pour lequel les gouvernements et ONG semblent désarmés.
Très bien écrit et documenté, ce roman émouvant expose une vérité cruelle. (DD)

L'Homme qui tremble
Lionel DUROY

Mialet-Barrault

379 pages

Lionel Duroy raconte le couple improbable formé par ses parents, la folie de sa mère, le déclassement de sa famille de dix enfants, une famille menée à sa perte par un père irresponsable.
Il revient sur les névroses qu’il a trimballées toute sa vie.
Voici le roman qui contient tous les autres livres écrits par l'auteur depuis trente ans.
Avec une belle profondeur psychologique et une belle écriture, l’auteur livre un récit vibrant de vérité sur les liens indestructibles de l’enfance, la résilience et la paix retrouvée.
Un bon moment de lecture, plein d’émotions. (JD)

Le Bonheur est au fond du couloir à gauche
Jean Marcel ERRE

Buchet Chastel

192 pages

Le narrateur est l’anti-héros au nom de Michel H., en hommage à M. Houellebecq. Il est dépressif de naissance, chômeur et vient de se faire quitter par sa femme. Il essaie de la récupérer et de trouver le bonheur; pour cela tous les moyens sont bons: harcèlement téléphonique, anti-dépresseurs, psychothérapie en ligne, recours à un gourou africain, défense d’une cause humanitaire, développement personnel...
L’auteur dégomme tous les travers de notre société en une série de raisonnements biaisés, de fausse logique. De l’humour, quelques bonnes trouvailles; on sourit mais le tout n’est pas convaincant. On finit par se lasser de ce catalogue des mille et une recettes pour trouver le bonheur. (MH)

L'Ami arménien
Andéï MAKINE

Grasset

213 pages

Années 70. Le narrateur, âgé de 13 ans, vit dans un orphelinat en Sibérie. Il se lie d’amitié avec Vardan, un adolescent arménien dont il devient le protecteur. Vardan est différent, étrange, rejeté et atteint d’un mal mystérieux "la maladie arménienne". Le narrateur découvre sa famille et, des années plus tard, se souvient de cette parenthèse enchantée mais tragique qui a marqué durablement sa vie d’adulte.
Dans cette histoire d’amitié entre deux adolescents vivant en Sibérie, l’auteur évoque l’histoire tragique des peuples arméniens et russes même si le contexte historique n’apparaît que par petites touches. Un roman initiatique tendre et sensible, à la limite du conte philosophique. (DB)

Là où nous dansions
Judith PERRIGNON

Rivages

345 pages

Détroit 2013. Les tours du Brewster Project sont détruites, une à une. Le corps d’un jeune homme, tué par balle, est découvert dans un bâtiment désaffecté. Sarah et Ira, deux policiers s’y intéressent. Sarah, la jeune femme ne peut croire qu’il ne manque à personne et tient à découvrir qui il était. Ira, policier noir, la cinquantaine, a grandi dans ce quartier. Il y déambule, réveille le passé, son enfance et nous raconte l’essor et le déclin de cette ville désormais promise à la gentrification.
Détroit est le sujet de ce récit, non seulement réaliste, mais vrai, jusqu’au meurtre du jeune homme. Un livre intéressant, à l’écriture fluide, entre nostalgie et mélancolie. (JC)

La Maison de Bretagne
Marie SIZUN

Arléa

256 pages

Décidée à vendre sa maison du Finistère dont elle n’a plus l’usage, Claire prend un congé d’une semaine de son bureau parisien pour régler l’affaire. Arrivée chez elle , une bien mauvaise surprise l’attend. l’enquête à laquelle la narratrice se voit soumise n’est que prétexte à une remontée des souvenirs attachés à cette maison autrement dramatique pour elle. Et si à près de cinquante ans, elle faisait enfin le point sur elle-même?
Texte aéré, écriture fluide et limpide; le lecteur se laisse entraîner par ce récit plein de nostalgie. (DB)

Serge
Yasmina REZA

Flammarion

233 pages

C’est l’histoire d’une famille juive française dont les membres s’aiment et se disputent tour à tour. Le frère aîné, Serge, un raté, les convainc de faire un voyage touristique dans les camps de concentration où les visites sont presque plaisantes car on est bien logé, on prend de nombreuses photos sans état d’âme...
Roman assez confus, de nombreux dialogues sans réel intérêt et un "humour juif" très lourdaud. (FB)

L'Ami
Tiffany TAVERNIER

Sabine Wespieser

260 pages

Un samedi matin dans un hameau du Limousin, Thierry est réveillé par des bruits de voiture: la gendarmerie avec les militaires du GIGN arrêtent son voisin et ami Guyet, ainsi que sa femme, pour enlèvement, séquestration, viol et meurtres de plusieurs jeunes filles. Ce drame va détruire le couple de Thierry.
Ce roman illustre bien notre époque aux prises avec à la violence et l’impuissance face aux forces maléfiques. (DD)

 

Janvier 2021

Les Impatientes
Djaïlai AMADOU Amal

Emmanuelle Collas

240 pages

Les Impatientes sont trois femmes à qui on répète sans cesse "Munyal", patience en peul. La première Ramia est contrainte à un mariage forcé avec un homme plus âgé brisant ses espoirs de mariage avec l’homme qu’elle aime et de poursuivre ses études de pharmacie.
La seconde est sa sœur Hindou, mariée le même jour à son cousin qui lui fera vivre l’enfer.
La troisième est Safira, la première épouse du mari de Ramia.
Leur vie est fracassée par les coups, les viols conjugaux, les brimades de la belle-famille et autres sévices…
La qualité de ce roman réside moins dans l'écriture que dans la force du témoignage, un plaidoyer qui vise à faire changer les mentalités, un appel à ouvrir les yeux. (DB)

Le Grand vertige
Pierre DUCROZET

Actes Sud

368 pages

Sollicité par l’ONU, l’Union Européenne et la Banque Mondiale, le professeur franco-britannique Adam Thobias, prend la direction de la "Commission internationale sur le changement climatique et pour un nouveau contrat naturel", basée à Bruxelles. Il crée début 2017 le réseau Télémaque composé de jeunes spécialistes enquêteurs-voyageurs répartis dans le monde, qu’il a recrutés avec soin et avec qui il a tissé des liens très personnels. Quatre d’entre eux chargés de missions extrêmes à travers le globe sont suivis dans des pérégrinations particulièrement dangereuses.
Dans ce roman, dense, touffu, parfois exigeant, où se mêlent histoire du pétrole et utopie écologique, l’auteur, avec bonheur, entretient jusqu’au bout le suspense. (Les notes-CBPT)

 

Suzuran
Aki SHIMAZAKI

Actes Sud

165 pages

Japon. Suzuran est le nom d’une fleur délicate, le muguet, nom donné aussi au dernier vase réalisé par Anzu, la narratrice, artiste-potière, habitée par cet art transmis par son grand-père. Divorcée ,elle élève seule son fils unique. Elle ne cherche pas de compagnon; son art et son fils sont le centre de sa vie.
Elle a des parents bienveillants et une sœur aînée. Elles semblent complices et solidaires mais sont diamétralement opposées.
Un retournement de situation changera le rôle et l’existence de chacune.
L’écriture ne s’encombre pas de fioritures mais se déploie, enveloppe et induit presque un état contemplatif, bercé par un certain onirisme. Poésie, tragédie, sagesse, suspense... un cocktail réussi pour un roman à contre-courant de la vie moderne. (MH)

Chavirer
Lola LAFON

Actes Sud

344 pages

1984. Cléo, 13 ans, qui vit entre ses parents une existence modeste se voit un jour proposer une bourse délivrée par une mystérieuse fondation pour réaliser son rêve: devenir danseuse de modern jazz.
Mais c’est un piège sexuel monnayable qui se referme sur elle et dans lequel elle va entraîner d’autres collégiennes.
2019. Un fichier de photos est retrouvé sur le net; la police lance un appel à témoin à celles qui ont été victimes de la fondation. 1990.Devenue danseuse, Cléo comprend qu’il est temps d’affronter un double fardeau de victime et de coupable.
Sujet brûlant, d’une lecture aisée, tempérée par l’adjonction de personnages inutiles et le manque de chronologie mais s’adressant cependant à un lectorat assez large. (CH)

 

Le Banquet annuel de la confrérie des fossoyeurs
Mathias ENARD

Actes Sud

427 pages

Partant de la thèse d’un jeune étudiant en ethnologie dans les deux Sèvres, l’auteur nous plonge dans le monde rural d’aujourd’hui puis grâce à la réincarnation, l’Histoire, la politique des temps passés nous est contée avec humour et compétence.
Le banquet annuel permet à l’auteur de parler de la mort et de Rabelais. (MM)

L'Anomalie
Hervé Le TELLIER

Gallimard

327 pages

Plusieurs personnages ayant pris un vol Paris-New York ont eu à subir de très fortes turbulences. Quelques mois plus tard, le même incident avec les mêmes personnages, se produira. Comment gérer cette situation complètement inédite? Les personnages se trouvent face à leur double.
A partir d’une situation impossible, l’auteur suscite notre réflexion dans ce face à face en miroir qui nous renvoie à la vérité de notre être profond. Il joue en virtuose avec les genres et les registres. (MM)

La Faucille d'or
Anthony PALOU

éd. Du Rocher

148 pages

Un journaliste parisien assez dépressif va enquêter en Bretagne sur la mort suspecte d’un marin-pêcheur, et sur un possible trafic de cocaïne. Il rencontre divers personnages originaux et apprend beaucoup sur le dur métier de la pêche hauturière. Il finira par découvrir la vérité et retrouver le goût de la vie.
Roman original, à la fois poétique et fantaisiste, qui se lit facilement et donne vraiment envie d’aller voir ces lieux typiques du Finistère sud, beaux mais âpres et singuliers. (FB)

Putzi
Thomas SNEGAROFF

Gallimard

335 pages

Il mesurait deux mètres mais on le surnommait Putzi "petit bonhomme". Marchand d’art dans le New-York bohème des années 1910, musicien à ses heures, Ernst Hanfstaengl devint dix ans plus tard le confident d’Hitler.
Son histoire tragique, burlesque, nimbée de mystère est celle d’un héros de roman.
Le roman d’un siècle de splendeur et de désastre, où l’on croise Goebbels, Göring et les sœurs Mitford, mais aussi Thomas Mann, Carl Jung ou encore Romy Shneider. (l'éditeur)

Dernier bateau pour Tanger
Kevin BARRY

Buchet-Chastel
traduit de l'anglais
265 pages

Deux hommes, deux anciens malfrats irlandais dans la cinquantaine, sont assis sur un banc dans le terminal des ferries du port d’Algésiras, au sud de l’Espagne. Maurice Hearne et Charlie Redmont, deux anciens dealers et junkies irlandais cabossés attendent Dilly, la fille de Maurice.
Pour passer le temps, les deux truands s’immergent dans les souvenirs de leur vie faite de délits, de combines, d’arnaques, entre came et alcool; mais aussi de passion brûlante, d’amour sincère.
Kevin Barry livre une œuvre à plusieurs facettes avec un humour noir qui est sa marque de fabrique. (PD)

L'Autre moitié de soi
Brit BENNETT

Autrement
traduit de l'anglais
476 pages

Une petite ville de Louisiane, Mallart. Deux soeurs jumelles, 16 ans, ne supportent plus l’ambiance confinée de la ville et la quittent pour la Nouvelle Orléans où elles partagent ensemble leurs premiers mois de leur nouvelle liberté. Mais leurs routes se séparent. Stella disparaît pour vivre comme une femme blanche et libre tandis que Désirée épouse un noir.
Quatorze ans plus tard, alors qu’elle n’a plus aucune nouvelle de Stella, Désirée revient à Mallard.
Ce roman très fort excelle à évoquer les silences, les secrets de famille et l’identité afro-américaine. Les personnages sont dessinés avec subtilité, l’écriture est juste, fluide. On ne lâche pas ce roman qui offre un regard singulier sur la question de l’identité noire aux États-Unis. (CA)

Trois chemins vers la mer
Brit BILDOEN

La Croisée
traduit du norvégien
167 pages

Trois récits d’itinéraires féminins marqués par la perte mais non le renoncement, dont on perçoit très vite comment ils vont s’agencer avec beaucoup de douceur et de retenue, même s’ils évoquent des faits douloureux pour ne plus faire qu’un récit.
Un beau roman bien écrit, un roman d’atmosphère, émouvant, douloureux sensible et plein de justesse.
Un roman sur la résilience, un très beau portrait de femme. (JD)

Du Temps qu'il fait
Bergsveinn BIRGISSON

Gaïa
traduit de l'islandais
253 pages

Dans un fjord perdu du nord de l’Islande, la météo est la première préoccupation pour les pêcheurs. Halldor écrit son journal. Il est le plus jeune pêcheur du groupe. Orphelin très jeune, il a tout appris avec son oncle: le vent, la mer, les poissons, les lignes et les bateaux.
Une histoire dépaysante qui semble se passer à l’autre bout du monde, à une autre époque et qui résonne pourtant de manière contemporaine. Avec humour et poésie, l’auteur raconte un quotidien fait de labeur et de simplicité de chamailleries et d’élans d’amitié. (JD)

Dans les brumes du matin
Tom BOUMAN

Actes Sud
traduit de l'anglais
354 pages

L’officier Henry Farrell est chargé d’enquêter sur la disparition de Penny Pellings, une toxicomane notoire, à Wild Thyme en Pennsylvanie. C’est Kevin O’Keeffe, son petit ami, qui a alerté la police. Kevin est soupçonné mais celui-ci clame son innocence.
Dans l’état de New York tout proche, le corps d’un homme est retrouvé dans le fleuve Susquehanna.
Ces deux affaires pourraient bien être liées.
Tom Bouman construit une enquête très lente au milieu d’une nature grandiose et généreuse. (PD)

De soleil et de sang
Jérôme LOUBRY

Calmann-Lavy

392 pages

Haïti, décembre 2009. L’inspecteur de police, Simon Pélage, fonce vers le quartier de Piéton-Ville, une sorte de Beverly Hills haïtien, pour un double homicide... exactement comme celui de la semaine passée. Bélage s’attend donc à retrouver un couple blanc. Si la plupart des habitants considèrent ces meurtres comme vaudous, Bélage lui refuse cette superstition.
L’auteur nous plonge au cœur d’une enquête qui fait frémir: corruption et trafic d’enfants, crimes, situation des orphelinats...
Un thriller socio-politique de facture classique, touchant et captivant. (DB)

Le Village perdu
Camilla STEN

Seuil
traduit du suédois
430 pages

1959. Un village isolé défraye la chronique: toute sa population disparaît à l’exception du corps sans vie d’une femme, et d’un bébé hurlant de faim.
Soixante ans plus tard, une équipe de cinq documentaristes s’installe sur le site à l’abandon pour y tourner un reportage. Ils espèrent élucider le mystère de cette disparition collective.
Les ingrédients initiaux promettent une intrigue sous tension mais le récit s’enlise pour reprendre ensuite du rythme. On a du mal à s’attacher aux personnages. Quant au village, vedette de l’intrigue, il aurait pu être mieux exploité: n’est pas Stephen King qui veut. (JC)

Accès aux choix des autres sélections mensuelles
 

retour