AD35

Prix CBPT.Prix LIVRENTETE

Formations cbpt

Lectures

Les ouvrages qui ont retenu notre attention - Secteur adulte -

Janvier 2024

Geronimo et moi
Lilian BATHELOT

éd. 10/18

355 pages

Francine, jeune femme originaire de l’Aubrac, est louée à un bougnat à Paris qui la soumet à la prostitution. En 1871, Francine commence à écrire un journal dans des cahiers.
Elle participe au soulèvement de la Commune de Paris. Obligée de s’exiler en Amérique, elle y rencontre Geronimo et est conquise par la grandeur d’âme de ce guerrier et la philosophie indienne.
Lilian Bathelot a un style précis et manie parfaitement tous les ingrédients narratifs qui font de cette aventure humaine passionnante, un agréable moment de lecture. (PD)

Reykjavik
JÕNASSON et JAKOBSDÓTTIR

La Martinière
traduit de l'islandais
435 pages

Août 1956. Lara, 15 ans, disparaît sur l’île de Viley, au large de Reykjavik. Kristjan, jeune policier, est chargé de l’enquête mais son chef lui interdit d’agacer les notables qui y résident. L’enquête n’aboutit pas. Lara n’est pas retrouvée et sa disparition hantera le policier et la population pendant 30 ans.
En 1986, un jeune journaliste reprend l’enquête, ce qui ne plaît pas à tout le monde.
Les deux auteurs excellent dans cette écriture d’un polar à l’ancienne. (PD)

Ouragans tropicaux
Leonardo PADURA

Métailié
traduit de l'espagnol
487 pages

La Havane, 2016. Un apparatchik est retrouvé assassiné. Débordée par la venue d’Obama, la police fait appel à un ancien policier, Mario Conde. Dans le même temps, ce dernier s’est lancé dans l’écriture d’un récit sur une figure mythique de Cuba, Alberto Yarini, assassiné en 1910.
Les crimes d’hier et d’aujourd’hui ont-ils un lien?
À travers une intrigue qui dessine le portrait de La Havane dans sa pluralité, L. Padura, fin observateur de la société cubaine, nous offre un roman passionnant, à la fois lucide et désenchanté, sur Cuba d’hier et d’aujourd’hui. Émouvant et servi par une écriture efficace ce récit est un très bon moment de lecture. (CA)

Les Dés
Ahmet ALTAN

Actes Sud
traduit du turc
240 pages

Turquie, avant la première guerre mondiale. Zyia, un jeune garçon de seize ans, fait preuve d’un courage incroyable en tuant publiquement l’assassin de son frère aîné, un caïd de la pègre. Zyad est arrêté,emprisonné et condamné à perpétuité. En prison il append à jouer aux dés, jeu du hasard, on perd ou on gagne, comme dans la vie.
Un an après son incarcération, il est exfiltré vers l’Egypte par les soutiens politiques de son clan. Là commence son apprentissage des choses de la vie: l’amour, l’argent, le pouvoir, les attentats politiques.
Ce livre aborde les motivations d’une personne avide de justice, qui tue au nom de la loi de Dieu ou de la loi du clan. (MH)

 

L'Étoile de la mer
Elias KHOURY

Actes Sud
traduit de l'arabe (Liban)
378 pages

Adam, palestinien est né dans un ghetto de Lod. Il le quitte pour suivre sa mère, veuve de combattant et son beau-père. A quinze ans, une nuit, il fuit ce foyer où règne la violence. Pris en stop par Gabriel, garagiste juif émigré de Pologne, il entame une nouvelle vie. La première des nombreuses vies qui le mèneront de Haïfa à New York, où il tente d’échapper à son passé.
Livre intéressant pour mieux comprendre la situation historique et politique de La Palestine et le ressenti d’un jeune palestinien en quête de son identité, qui se perd dans ce qui compose cette terre où il est né. Un livre, pas toujours facile à suivre, qui résonne avec la situation actuelle. (DB)

Une Journée de chien
Sander KOLLAARD

Héloïse d'Ormesson
traduit du néerlandais
188 pages

Récit d’une journée de Henk, un mois de juillet caniculaire.
Henk se définit comme un homme ordinaire et réfléchi. Il a 56 ans et est infirmier dans un service de soins intensifs. Il est heureux en ménage avec Canaille, son chien. Un samedi, des événements, à première vue anodins, viennent bousculer ce célibataire sans histoires. Il va alors retrouver le désir de s’émerveiller, de se lier et d’aimer.
Roman intéressant par les pensées philosophiques de Henk, sur la vie, et son ressenti; le tout raconté avec un humour sous-jacent.
Ce roman, intimiste et positif, devrait plaire à un large lectorat. (YJ)

Babysitter
Joyce Carol OATES

Philippe Rey
traduit de l'anglais
pages

Etats-Unis, 1977. Dans la banlieue chic de Détroit, Hannah Jarrett mène la vie respectable de mère américaine idéale. Son mari, de plus en plus absent, est absorbé par son travail et ses déplacements professionnels. L’épouse modèle va rencontrer un homme étrange avec lequel elle va entretenir une relation malsaine d’emprise et de violence et se trouver au coeur d’un implacable piège.... tandis qu’un tueur surnommé "Babysitter" par la presse, enlève, viole et assassine des enfants.
Portrait au vitriol de la bonne société blanche américaine des années 70: corruption des forces de police, hypocrisie, fureur et mysoginie des hommes. Un thriller pétrifiant, sans concession, avec une part de provocation qui peut être source de malaise chez le lecteur. (EP)

La Café sans nom
Robert SEETHALER

Sabine Wespieser
traduit de l'allemend (Autriche)
246 pages

1966, dans un quartier central populaire de Vienne en Autriche, Robert Simon démissionne de son travail pour rouvrir un café/casse-croûte abandonné, situé sur la place. Dans ce café il reçoit les commerçants, les résidents du voisinage, quelques consommateurs de passage. Le commerce prospère et il embauche. Hélas, les circonstances vont compliquer la situation.
L’auteur dresse l’ambiance de ce lieu de rendez-vous, de pause. Il aime les gens ordinaires, les ombres de tous les jours qui ne laisseront sans doute aucun souvenir mais qui content pourtant l’essence de leur époque.
Roman plein d’émotions et de tendresse, aussi simples que désarmantes. (MD)

 

Tes Pas dans l'escalier
Antonio MUÑOZ MOLINA

Seuil
traduit de l'espagnol
250 pages

A Lisbonne, un homme attend la femme qu’il aime. Il a quitté New York avant elle pour amménager l’appartement qu’ils ont acheté. Penser au moindre détail, imaginer les rituels qui rythmeront leur nouvelle vie, est une source infinie de plaisir. Pourtant un sentiment confus l’accompagne, une forme de confusion qu’il ne parvient pas à éclaircir. Est-ce la similarité entre les deux villes? La présence d’une menace sourde impossible à identifier?
L’auteur est un maître de la narration qui nous entraîne à travers les méandres de la mémoire, de la raison et de la peur. Progressivement et subtilement, il met à nu la fragilité de tout ce que nous nous sommes raconté sur nos vies. (MD)

Le Cheval en feu
Anuradha ROY

Actes Sud
traduit de l'anglais
270 pages

Ce roman nous emmène en Angleterre, où Sara, originaire d’Inde du Sud, est étudiante. Avec sa maigre bourse elle ne peut se permettre le moindre excès. Solitaire elle passe son temps libre à consigner son quotidien dans un journal, mais surtout à se rendre dans un atelier de poterie où elle se remémore des souvenirs. Souvenirs liés à sa famille, sa soeur, sa mère et son père mais surtout à Elango, un potier et un enseignant en poterie.
Beau récit entre journal intime et narration, passé et présent, mythe, tradition et choc violent de l’Histoire. Ce roman raconte aussi les instants magiques que procure l’art de la poterie. (JD)

L'Allègement des vernis
Paul SAINT BRIS

Philippe Rey

349 pages

Aurélien, conservateur et directeur des peintures du Louvre, se voit obligé par la présidente, de restaurer "La Joconde". Bien malgré lui il est chargé de trouver un restaurateur. Ce sera Gaetano, venu de Toscane, et le seul capable d’accomplir un tel miracle.
Tout va se passer sous les yeux des mondes politique, artistique et des médias.
L’humour, l’auto-dérision, la satire de nos contemporains, le ridicule jargon techno-franglais à la mode mais aussi le suspense qui débouche sur un dénouement inattendu, contribuent à la réussite de cet ouvrage, à la fois grave et léger. (MM)

Georgette
Dea LIANE

éd. de l'Olivier

158 pages

Récit autobiographique de l’enfance de Dea Liane. De 1990, année de sa naissance jusqu’à ses douze ans, la narratrice et son frère ont été élevés par leur maman, secondée par une "bonne à tout faire", toujours présente, attentive et dévouée, qui prodigue soins et amour.
Malgré ce rôle de seconde mère, elle demeure une domestique et reste discrète en toutes circonstances, veillant à ne pas apparaître sur les photos ou les films. En regardant les photos et les films tournés par ses parents, Dea Liane réalise le dévouement sincère, profond, de Georgette. Elle regrette de ne pas avoir senti cet amour.
Ce roman est une broderie, fine et splendide qui magnifie l’amour de ces "bonnes à tout faire" pour des enfants qui ne sont pas les leurs et qui les quitteront. (MD)

 

Le Danger de ne pas être folle
Rosa MONTERO

Métailié

2801 pages

Tous pareils ou tous différents.
Dans ses mémoires, l’auteur explore à l’aide d’entretiens d’écrivains qu’elle a réalisés, d’exemples de penseurs ou de scientifiques, combien la créativité est proche de la folie.
Un livre unique entre biographie, essai et fiction qui pourra plaire aux "fans de l’auteure" qui ont suivi toute sa production. 

 

Décembre 2023

La Maisons aux sortilèges
Emilia HART

Les Escales
traduit de l'anglais
437 pages

Kate, Violer et Altha subissent la cruauté humaine. Elles se battent, ne plient pas. Nous suivons trois femmes de la même famille, les Weyward, liés par un destin commun, ces femmes extraordinaires sont séparées par quatre siècles.
Elles sont victimes de la domination des hommes et de l’injustice, leurs trois histoires reliées par le même pouvoir.
Chaque destin est différent, cependant, le fil qui les relie se dévoile au cours des chapitres et s’épaissit.
Un roman captivant sur la puissance des femmes et le pouvoir de la nature avec une dose de poésie et de magie. (JFD)

Les Monologues d'un hippocampe
Stine PILGAARD

Le Bruit du monde
traduit de l'anglais
192 pages

La narratrice raconte son quotidien d’amoureuse qui vient de se faire quitter et essaie de trouver du réconfort auprès de quelques proches.
L’hippocampe, cette partie du cerveau responsable de la mémoire émotionnelle, est la petite voix qui lui parle dans sa tête. Tout au long de l’histoire la jeune fille oscille entre dépression et perdition.
n Avec humour, fantaisie et parfois poésie, le style indirect, le regard et le ton explorent la façon dont les émotions nous façonnent au rythme des années, des réussites ou des échecs.
Stine Pilgaard casse les codes avec un style particulier et une ironie décapante qui peuvent dérouter. (MH)

 

Feria
Ana Aris SIMON

Globe
traduit de l'espagnol
263 pages

L’auteur fait défiler son enfance dans la Mancha de Don Quichotte. Des grands-parents forains qui vont de village en village, un père d’une grande douceur, communiste et athée, une mère catholique qui n’aime pas l’église, joyeuse et fantasque.
Feria est un grand livre sur la famille telle qu’elle pouvait encore exister en Espagne, avant la crise de 2008 et la globalisation du monde. Mais la génération actuelle réalise qu’elle sera moins heureuse que la précédente.
Le ton naïf de Simon, simple et rieur est un enchantement. Déclaration d’amour à la famille, son récit est là pour rappeler ce qui est sur le point de disparaître. Un grand plaisir de lecture. (MD)

La Justice des hommes
Santiago H AMIGORENA

P.O.L.

313 pages

Autopsie d’un couple traversé par une crise intime. Alice et Aurélien sont parents de deux jeunes enfants. Alice qui se sent délaissée par son mari a une aventure avec un collègue. Un soir de dispute, Aurélien commet l’irréparable. Condamné à 9 mois de prison, il se voit aussi retirer l’autorité parentale. Pendant son incarcération il s’installe dan le silence et sa fille de 6 ans devient mutique.
A travers ce roman, l’auteur veut nous dire que "la Justice des hommes" n’est pas humaine. Pour lui, juges et avocats ne cherchent pas à comprendre les hommes, justement. Une lecture intéressante, très sensible, qui fait réfléchir. (YJ)

Nous les Caserta
Aurora VENTURINI

Robert Laffont
traduit de l'espagnol (Arg.)
229 pages

Chela, l’héroïne de ce récit, est née avec une intelligence qui n’a d’égal que sa laideur. Elle est rejetée par sa famille et s’isole dans le grenier. Elle retourne sa laideur contre les autres. Ses parents l’envoient dans un institut pour s’en débarrasser.
Devenue adulte, guidée par une soif de découverte, elle décide de parcourir le monde.
Aurora Venturini, à la manière d’une toile d’araignée, tisse un univers bien particulier autour de la vie de Chela. (PD)

La Vague qui vient
Daniel FOHR

Inculte

330 pages

A la suite d’un échec professionnel, un auteur de BD se réfugie sur une petite île où il possède une maison. C’est alors que le maire le sollicite pour réaliser une fresque qui racontera l’histoire de l’île et de ses habitants.
Roman particulièrement savoureux grâce à l’artiste-narrateur qui pose sur ses contemporains un regard souvent caustique mais toujours bienveillant.
Un roman réjouissant, à lire sans modération et à conseiller à tous les lecteurs. (CA)

La Vénus au parapluie
Thibaud GAUDRY

Buchet-Chastel

173 pages

Paris, il pleut. Dans la queue d’un cinéma Art et Essai, une jeune femme invite un jeune homme à s’abriter sous son parapluie. C’est le coup de foudre pour le jeune homme. Durant une année il fait une cour respectueuse et assidue à la jeune fille avec qui il partage plusieurs passions.
Le jeune homme hésite sur le comportement à adopter envers cette jeune fille.
Un jour la belle revient de Londres accompagné d’un grand blond. Finalement une fausse alerte; pourtant le jeune homme se montre toujours hésitant... jusqu’au dénouement... Roman traitant dans un style primesautier l’ébauche des relations amoureuses: "L’Education sentimentale 2023". (MD)

Je boirai mon sang
François-Xavier LEFRANC

Robert Laffont

362 pages

1673, dans le pays de Couesnon à la frontière de la Bretagne et de la Normandie, une bande d’enfants combat l’injustice avec à sa tête le plus rebelle d’entre eux: un noble du nom d’Armand de la Rouerie, orphelin de père.
Âme rebelle, il veut servir son roi.
Quelques années plus tard, congédié des gardes françaises, il part se battre en Amérique contre les Anglais. Washington le promeut général.
Quand il revient en France, le feu de la révolution gagne la Bretagne. La Rouerie va s’y brûler jusqu’à devenir paria.
Un roman d’Histoire et d’aventures qui se lit avec plaisir. (EP)

Pour mourir, le monde
Yann LESPOUX

Aquillo

409 pages

Dans un contexte historique de guerres coloniales, de batailles navales, nous suivons le destin de trois jeunes gens: un portugais soldat sur un galion en direction de Gao en Inde, un jeune Juif orphelin à Salvador de Bahia au Brésil et Marie qui vit dans le Médoc mais où les hommes sont encore plus sauvages.
Une saga maritime aux nombreux rebondissements, où nous nous prenons d’amitié pour les trois héros même quand leurs agissements prêtent parfois à critique. (MM)

Lux
Maxime CHATTAM

Albin Michel

505 pages

Dans un futur proche, la romancière Zoé Margot et sa fille voient leur quotidien bouleversé par un phénomène inconnu. Avec pour toile de fond le dérèglement climatique, elles sont invitées à participer avec des scientifiques, des philosophes, des sociologues à l’observation d’une boule de lumière arrivée on ne sait comment en plein milieu de l’Atlantique.
Maxime Chattam signe un roman d’anticipation, de suspense, mystère et d’aventure, teinté aussi d’une touche d’amour et de romantisme. (PD)


Harlan COBEN

Belfond
traduit de l'anglais
379 pages

David Burroughs est en prison depuis cinq ans, suite à sa condamnation pour le meurter de son fils Matthew, âgé de trois ans. Il n’a aucun souvenir de ce qui s’est passé.
Sa belle-soeur, Rachel, lui rend visite et lui montre une photo prise dans un parc d’attractions, sur laquelle, en arrière plan, il reconnaît son fils.
Il n’a plus qu’une idée en tête, retrouver sa trace et prouver ainsi son innocence.
Bon moment de divertissement pour tous les lecteurs de romans policiers. (FC)

Le Grand test
Jacques EXPERT

Calmann-Levy

442 pages

Un riche industriel, principal employeur de ce coin reculé du Cher, est retrouvé mort dans sa grange qui a pris feu. Est-ce un accident? Un meurtre, une sorte de vengeance?
Sans scènes excessives de violences, l’auteur nous sert un thriller qu’il est difficile de lâcher avant d’en connaître le dénouement. Dans ce roman extrêmement psychologique, la tension est palpable.
Les doutes, les secrets, les manipulations, les trahisons, les rapprochements, sont judicieusement amenés pour élaborer un bon suspense. (JFD)

Cézanne:des toits rouge sur la mer
Marie-Hélène LAFON

Flammarion

161 pages

Il y a le père et la femme, le jardinier Vallier, le docteur Gachet et les écrivains Flaubert et Zola. Tout un monde. Il y a les toits rouges sur la mer bleue, les mains, le sucrier, le chapeau, l’argent et les secrets. Il y a les silences, épais.
Marie-Hélène Lafon est allée vers Cézanne à corps perdu, comme on "va au paysage". Par petites touches, thèmes et variations, elle s’amuse à "Cézanner".
Très bel ouvrage qui permet d’aller au plus près de l’artiste et de son époque. Devrait plaire aux lecteurs passionnés de peinture mais aussi à un public plus large tant l’approche est humaine. (DB)

 

Novembre 2023

Une Façon d'aimer
Dominique Barberis

Gallimard

205 pages

Madeleine, mariée à 26 ans, en 1956 à Guy, suit son mari, cadre d’une exploitation de bois au Cameroun. Leur fille naît en 1957. La déclaration de l’indépendance a lieu en 1958, accompagnée de violences.
Dans ce petit monde des "expats" Madeleine rencontre Yves Prigent, un séducteur. L’ennui, la routine d’un couple accablé…
Madeleine résistera-t-elle à la tentation de l’adultère?
Par petites touches d’une infinie délicatesse, l’auteur reprend le mythe de l’épouse déçue, Emma Bovary ou la Princesse de Clèves.
Le récit de l’atmosphère de cette petite colonie française est un immense plaisir de lecture. (MD)

Tout part à la nuit
Louis CABARET

Liana Levi

217 pages

Tiffanie, jeune mère de famille, travaille comme aide-soignante dans une maison de retraite. Elle élève seule ses deux garçons de 7 et 15 ans car son mari est en prison pour braquage avec violence. Sur fond de drogue et d’alcool, l’aîné fréquente des voyous et harcèle son jeune frère.
Tiffanie rencontre Marvin, un homme doux et respectueux et l’accueille dans son foyer.
Un jour le père est libéré...
Étude réaliste de la détresse d’une jeune femme survivant dans une tempête de précarité et de violence. Le style direct, emploie parfois le vocabulaire ordurier d’un certain milieu. (MD)

Ce que je sais de toi
Eric CHACOUR

Philippe REY

300 pages

De 1961 à 2001, le lecteur suit Tarek, un jeune médecin du Caire qui a hérité du cabinet de son père. Il aime sa femme, ses proches, son prochain et mène une vie sans accrocs jusqu’au jour où une rencontre va bouleverser son existence, ébranler ses certitudes et remettre en question ses choix de vie pour lui-même comme pour sa famille.
Au moyen d’une intrigante narration à la 2ème personne, quelqu’un tente de reconstituer l’histoire de Tarek et remonte, chapitre après chapitre, fragment après fragment, lentement, le cours de sa vie. Ce roman brosse avec délicatesse le portrait d’un homme déchiré entre un amour impossible et la vie qu’on lui a construite à sa place. (CA)

Le Grand secours
Thomas B. REVERDY

Flammarion

306 pages

Dans un lycée de banlieue parisienne, à Bondy, situé entre deux bretelles et des barres d’immeubles, une altercation entre un jeune et un policier provoque un début d’émeute.
L’auteur entraîne le lecteur à vivre une journée entière à la suite des différents protagonistes qui interviennent dans la vie de ce lycée.
Ce roman fait prendre conscience de ce que représente la vie dans ce genre de lycée (schéma REP), sur un rythme très intense, au contact de nombreux personnages qui doivent faire face à la violence.
C’est un plaidoyer pour le métier de professeurs dans certains quartiers. (YJ)

 

Le Chien des étoiles
Dimitri ROUCHON-BORIE

Le Tripode

226 pages

Après une grave blessure à la tête, Gio, jeune gitan de vingt ans, ressent le besoin de s’élever dans les airs. Après une violente confrontation avec un clan rival, il décide de partir en emmenant avec lui les enfants Dolorès et Papillon, pour conserver leur pureté.
Leurs tribulations montreront que rien n’est simple pour les âmes candides.
C’est un roman dur mais d’une grande poésie. L’amitié y est très présente ainsi que son souvenir.
Roman peu commun qui incite à la rêverie. (MM)

Le Bada
Bernard STORA

Denoël

395 pages

Années 40. C’est la guerre, le sud de la France est envahi, d’abord par les Italiens qui laissent les Juifs tranquilles puis les abandonnent aux Allemands. Les ennuis commencent pour Jean Costa, jeune couturier prometteur. Son concurrent lui rachète sa boutique et lui promet un "bada", un dessous de table, qu’il n’aura jamais mais qui le met en péril.
Les personnages sont bien campés, l’amour du sud de l’auteur transparaît.
C’est un roman qui se dévore avec en tête ce qui se passe en Israël. (MM)

Les Ciels furieux
Angélique VILLENEUVE

Le Passage

209 pages

C’est un soir d’hiver quelque part dans la Zone de Résidence à l’est de l’Europe; Henri, 8 ans, vit avec sa famille dans un village ordinaire. Zelda, sa soeur aînée, est son modèle. Lorsque les hommes furieux pénètrent dans la maison, c’est l’enfer. Une partie de la fratrie parvient à s’enfuir.
L’histoire est racontée à la hauteur de la petite fille; 24 heures d’une fuite éperdue. Plongée dans l’enfer de la violence. Henri réussit à survivre grâce aux souvenirs de sa vie en famille.
Un roman bouleversant, d’une rare puissance, qui a une portée universelle et laisse le lecteur sur les genoux. Indispensable à condition de pouvoir supporter l’indicible. Le récit a la forme d’une fable à l’écriture recherchée, poétique et imagée. (DB)

Personne ne meurt à Longyearbyen
Morgan AUDIC

Albin Michel

374 pages

Dans les paysages grandioses du cercle polaire et de la mer de Norvège, une double enquêtête policière.
Les victimes, une doctorante en biologie arctique etl’autre à la tête d’une agence d’excursions en mer, n’ont rien en commun si ce n’est qu’elles s’intéressaient aux animaux marins.
Un flic pugnace et un reporter de guerre remontent chacun de leur côté une piste où s’affrontent les artisans de la conservation de la nature. (EP)

 

Okavango
Caryl FEREY

Gallimard

526 pages

Un jeune pisteur Khoï est retrouvé mort dans la réserve privée de Wild Bunch à la frontière namibienne, que dirige John Latham, un Afrikaner, vétéran des guerres d’Afrique Australe.
L’enquête est confiée à Solanah Betwase, originaire du Botswana, lieutenante ranger de la Kaza, dirigée par son colonel et mari Azuel. C’est une tâche immense qui l’attend elle et son coéquipier Seth. Elle va devoir affronter la mafia mondialisée du Scorpion, braconnier aux pouvoirs considérables.
Caryl Férey écrit un roman noir social, véritable réquisitoire pour la faune sauvage. (PD)

Le Fils du père
Victor DEL ARBOL

Actes Sud
traduit de l'espagnol
365 pages

Espagne. De l’hôpital psychiatrique où il est enfermé, Diego Martin, professeur d’université, s’adresse à un destinataire inconnu pour lui raconter son parcours. Il a plutôt bien réussi sa vie, épousé une femme remarquable, a une fille, mais sa vie a basculé après avoir enlevé, torturé puis tué Martin Pearce et appelé la police lui-même. Il attend d’être jugé.
A travers deux narrateurs, cette saga propose l’histoire de la famille de Diego et surtout celle des hommes qui la composent.
Ce roman complexe, sombre, mêle avec brio différentes périodes historiques de l’Espagne qui ont laissé des traumatismes affectifs et des blessures profondes.
Un roman de ténèbres dense mais bouleversant mettant en scène des personnages très bien incarnés. (MH)

 

La Mémoire délavée
Natacha APPANAH

Mercure de France

148 pages

L’auteur a choisi d’écrire des mémoires familiales sur lesquelles elles travaille depuis 20 ans.
Le centre du livre est un hommage à son grand-père qui travaillait comme son propre père dans les champs de canne, respectant les traditions hindoues mais se sentant avant tout Mauricien.
D’une belle écriture, le récit de Natacha Appanah est parsemé de photos familiales racontant la petite histoire pour faire connaître la grande. (JD)

La Mer de la tranquillité
Emily ST JOHN MANDEL

Rivages
traduit de l'anglais (Canada)
297 pages

La Mer de la Tranquillité enchaîne plusieurs époques. 1912, d’abord. Edwin St. John St. Andrew, un aristocrate anglais séjournant au Canada, est le témoin d’un phénomène étrange sur l’île de Vancouver.
En 2020, 2203, 2401, cette même anomalie se répète, vécue par d’autres personnages.
De l’aveu même de l’auteur : "C’est un livre étrange", voire "délirant". Mais le roman est prenant et très abordable. (PD)

 

Octobre 2023

Veilller sur elle
Jean-Baptiste ANDRÉA

L'Iconoclaste

580 pages

Mimo est en train de mourir dans le couvent où il vit depuis 40 ans. Il se remémore sa vie d’enfant pauvre, renvoyé en Italie après le décès de son père, sculpteur.
Nous suivons la vie pleine de rebondissements de cet enfant de petite taille, qui deviendra malgré les aléas de la vie un grand sculpteur reconnu. Son dernier chefd’oeuvre, sa "Piéta", est cachée dans un couvent car elle provoque des malaises chez certains de ceux qui la contemplent.
Ce roman, ode aux artistes italiens, qui traite de la recherche de la beauté, est aussi le récit de l’amitié, de celle qui fait grandir...
Un excellent moment de lecture. (MM)

L' Amour
François BEGAUDEAU

Verticales

89 pages

Jeanne et Jacques se rencontrent jeunes, dans les années 60.
Issus d’un prolétariat joyeux ils vont connaître ensemble toutes les évolutions sociétales de ces 50 dernières années. Ils se sont choisis sans se choisir, une chose en entraînant une autre.
Ils sont restés ensemble parce que c’est ça "L’Amour", au fond.
L'auteur campe avec tendresse le demi siècle de vie commune d’un couple ordinaire qui vit un amour simple et tranquille.
Un récit empreint de nostalgie. (YJ)

Les Silences des pères
Rachid BENZINE

Seuil

171 pages

Le narrateur revient sur les lieux de son enfance pour enterrer ce père avec lequel il ne communiquait plus depuis plus de 20 ans.
En retrouvant les messages envoyés aux grands-parents, il va découvrir, en recherchant les amis de son père, un homme bien différent de celui qu’il croyait connaître.
Un roman attachant et émouvant qui nous ramène à une époque où les pères parlaient peu. (MM)

En garde
Amélie CORDONNIER



230 pages

La narratrice, mère de Lou,7 ans et de Gabriel, 13 ans, reçoit un courrier envoyé par le service départemental pour "la protection de l’enfance": une convocation à comparaître, enfants et parents, dans les bureaux administratifs pour un entretien, suite à une dénonciation anonyme de maltraitance.
La machine judiciaire et médiatique s’emballe.
Ce roman devient peu crédible dans sa deuxième partie. (MD)

L' Enragé
Sorj CHALENDON

Grasset

403 pages

Août 1934. 56 enfants s’évadent de la colonie pénitentiaire pour mineurs de Belle-Ile-en-mer.
Coincés sur l’ïle, poursuivis par les matons du centre, les gendarmes, les habitants et même quelques touristes alléchés par la prime promise, ils seront tous rattrapés sauf un.
C’est à ce garçon que l’on dit noyé, que Sorj Chalendon décide de donner vie.
Le romancier nous fait partager le quotidien de ces enfants, fracassés par la vie, battus, humiliés, mais aussi exploités économiquement, à l’intérieur des murs de leur prison.
L’auteur n’adoucit ni la lächeté ni la bassesse humaine; la plume est juste, les phrases vont à l’essentiel. C’est un texte âpre, viril, d’une force contenue. Bouleversant et instructif. (DB)

Chaleur humaine
Serge JOPNCOUR

Albin Michel

344 pages

Début 2020, le Covid bouleverse la société et efface la tragi-comédie des "Gilets Jaunes".
Trois soeurs, établies en ville, rejoignent la ferme familiale reprise par leur frère à proximité de la maison où leurs vieux parents ont pris leur retraite, dans le Lot.
Le regroupement est difficile à cause de la mésentente entre les enfants suite à un partage des biens. Les souvenirs d’enfance, le calme de la campagne, les animaux domestiques permettront-ils de réconcilier la famille?
L’auteur réussit parfaitement à insérer l’intrigue familiale dans ces semaines de folie sanitaire. Joncour connaît l’art de créer l’atmosphère rurale et de camper des personnages tels que ceux que nous rencontrons au quotidien. Un bon livre. (MD)

 

Une Histoire romaine
Louis-Philippe DALEMBERT

Sabine Wespieser

251 pages

Nous suivons sur trois générations une famille romaine, du début du XXème siècle aux années 70.
Le roman, centré sur la grand-mère, la comtesse "Adélaïde", puis sur sa fille Elena et sur sa petite-fille Laura, est aussi un beau portrait d’une Rome pleine de vie et de diversité.
Le récit est écrit dans un style classique, enlevé, imagé, rythmé et plein d’humour, en particulier dans les portraits des uns et des autres. Un bon moment de lecture. (JD)

Panorama
Lilia HASSAINE

Gallimard

232 pages

En 2049, dans une France où domine La Transparence, Hélène, ex policière, est appelée sur une enquête: un couple et leur jeune garçon ont disparu.
La Transparence a pour but de limiter la violence. Chacun doit s’établir dans une maison de verre où il vit sous le regard de l’autre et consent à renoncer à son intimité, dans un souci de paix sociale.
Ce roman est à la fois un roman policier avec une intrigue, une enquête et une résolution, mais aussi un roman dystopique sur les effets de la transparence. (PD)

Tu la retrouveras
Jean HATZFELD

Gallimard

201 pages

Hiver 1944/1945, deux fillettes qui ont échappé au massacre qui a anéanti leur famille, se réfugient dans un zoo à moitié détruit dans Budapest. Scheindel est juive et Izeta tzigane. Elles vivent en harmonie avec les animaux rendus à la liberté, s’y attachent, les aident, les soignent.
Quarante ans plus tard, Scheindel essaie de retrouver Izeta.
J. Hatzfeld écrit avec brio un conte poétique, l’histoire d’une complicité entre humains et animaux. (PD)

Les Terres animales
Laurent PETITMANGIN

La Manufacture

224 pages

Un accident nucléaire a contaminé une vallée. Quelques habitants ont refusé d’évacuer la zone et vivent désormais en totale autarcie, dans un espace délimité électriquement, sous la surveillance de drones.
La vie se réorganise: nouveaux codes sociaux, nouveau rapport au temps, avec bien sur les fastidieux mais indispensables rituels de décontamination. Ils ont appris à se contenter du minimum.
Une naissance annoncée va remettre en cause l'équilibre qu'ils avaient trouvé.
Un roman psychologique, poétique et post-apocalyptique qui plonge le lecteur dans un récit très humain. (JC)

L' Enfant dans le taxi
Sylvain PRUDHOMME

éd. de Minuit

216 pages

Tous les Malusci savent que quelque part sur les bords du lac de Constance vit un homme né d’un moment d’amour entre le père et une jeune femme allemande. Tout est enveloppé dans dans le silence mais quand le père, Luciano Malusci meurt, des choses se disent et rien ne pourra rester comme avant.
Simon, l’un des petits-enfants, à qui le secret est dévoilé le jour des obsèques, part en quête de cet enfant (son grand-oncle).
Il dessine ainsi la silhouette du fils caché et celle d’une famille enfermée dans ses dénis et silences.
Roman intimiste porté par un phrasé délié et précis parfois un peu confus dans ses pages sans ponctuation. Il explore les questions de l’attachement et de la relation aux autres tout comme les aspirations à la liberté. Il y est question de la vie, de l’amour et des chemins que l’on prend. (MH)

L' Hôtel des Oiseaux
Joyce MAYNARD

Philippe Rey
traduit de l'anglais
520 pages

Joan n’est qu’une petite fille quand sa mère meurt dans l’explosion d’une bombe dans un appartement new-yorkais. Pour échapper à l’enquête ouverte sur cette affaire de terrorisme dans les milieux d’extrême gauche, la grand-mère de la fillette déménage, lui impose de ne jamais parler de son passé, ni de sa mère à qui que ce soit et Joan s’appellera désormais Amélia.
Devenue adulte, Amélia est frappée par une autre tragédie, qui la pousse à tout quitter une fois encore.
Récit d’une résilience, d’une reconstruction, dans toute sa lenteur, dans son difficile cheminement qui amène une belle réflexion sur la famille, celle que l’on subit et celle que l’on choisit.
Un très beau roman riche en émotions, servi par une écriture efficace. (CA)

 

Stupeur
Zeruya Shalev

Gallimard
traduit de l'hébreu
350

Atara vit à Haïfa avec Alex qu’elle a épousé en seconde noce. Elle est spécialiste de la conservation du patrimoine immobilier; il est enseignant retraité. Ils ont un enfant chacun d’un premier mariage et un fils chéri en commun, engagé dans l’armée. Le couple s’adore mais ne cesse de s’accrocher. Quand son père mourant apprend à Atara qu’il a aimé Rachel avant 1948, elle prend la route pour la connaître. Mais ce jour-là, Alex est emmené par leur fils aux urgences dans un état inquiétant...
Une longue plongée poignante, âpre, mais terriblement humaine, dans le coeur féminin pris dans la tourmente de l’amour, du couple difficile, de la maternité rayonnante mais aveugle, du deuil enfin. Lent et répétitif malgré les sujets intéressants abordés. (Hebdo des notes - 08/2023)

 

Juin 2023

La Maison dorée
Jessie BURTON

Gallimard
traduit de l'anglais
459 pages

Amsterdam, début du XIIIème siècle.
Une jeune fille, Thea, est passionnément amoureuse de Walter, peintre de décors théâtraux. Pourtant sa tante voudrait lui faire faire un beau mariage pour redorer le blason de la famille mis à mal par la déchéance de Johannes, riche marchand. Comme sa tante autrefois, Thea reçoit de la miniaturiste la miniature de Walter et d’une maison dorée que l’on ne peut ouvrir.
Prémonition ou réalité? Quel choix fera Thea?
Le récit gagne en intensité tout au long du livre. Les personnages sont bien décrits dans l’ambiance puritaine des Bataves de ce siècle. (MM)

L'École des bonnes mères
Jessamine CHAN

traduit de l'anglais
Buchet-Chastel
501 pages

Frida s’occupe seule de sa fille, tout en travaillant pour une université locale. A la suite de plusieurs nuits sans sommeil, elle s’aperçoit qu’elle a oublié un dossier important sur son lieu de travail et part le chercher, laissant sa fille de 18 mois seule à la maison. Cet acte déclenche une série de conséquences qui la dépassent: Frida perd la garde de sa fille et doit passer par un centre de rééducation maternelle pour apprendre à devenir une "bonne mère".
Ce roman commence comme une chronique sociale et se poursuit sur le mode de l’anticipation. L'accent est mis sur les dérives de l’intelligence artificielle, les comportements racistes et l’emprise d’une société où tout doit être parfait. Écriture fluide pour un roman qui ne laisse pas indifférent. (DB)

 

Le Guide
Peter HELLER

traduit de l'anglais
Actes Sud
300 pages

Jack fuit le ranch familial et une Amérique tout juste sortie du Covid en s’installant en tant que guide de pêche au Kingfisher Lodge. Ce lieu de villégiature isolé est destiné à une clientèle riche. La première cliente de Jack est Alison K. une célébrité venue exercer sa passion pour la pêche. Mais très vite Jack va se rendre compte que quelque chose ne tourne pas rond dans ce paradis.
L’auteur réussit ce mélange particulier entre contemplation et adrénaline, moments de bonheur et événements tragiques.
On passe d’un livre naturaliste sur fond de mystère à un polar où des ultras riches se refont une santé. Le moment de lecture est réjouissant; l’écriture est vivante et on a vraiment envie de connaître la suite même si l’histoire est assez invraisemblable. (JD)

La Malnata
Béatrice SALVIONI

Albin Michel
traduit de l'italien
329 pages

1932, Monza. La petite Francesca sur le point d’être violée par un bellâtre, est sauvée grâce à l’intervention de Maddalena. Maddalena n’a peur de rien. Surnommée la Malnata parce qu’elle porterait malheur, la jeune sauvageonne passe son temps à jouer au bord du fleuve avec deux garçons qui l’adulent. Par son intrépidité et sa liberté d’esprit, elle fascine Francesca issue d’un milieu plus convenable - et convenu - qui sympathise avec les édiles fascistes.
Une belle histoire d’amitié entre les deux filles que tout oppose dans l’Italie des années 30. Le roman aborde de nombreux sujets: les spoliations, la guerre, la condition féminine, avec beaucoup de justesse. (DB)

 

La Librairie du Caire
Nadia Wassef

Stock
traduit de l'anglais
316 pages

Le 08 mars 2002, Nadia Wassef, sa soeur et son amie inaugurent Diwan, la première librairie moderne d’Egypte. Sans formation ni expérience professionnelle dans ce domaine, elles se donnent comme but de redonner aux Cairotes le goût de la lecture. Elles vont oser affronter la censure, le patriarcat, les clients excentriques et ensemble, vont tenir tête à tous ceux qui leur assurent que leur entreprise est vouée à l’échec.
Vingt ans plus tard, Diwan, avec ses multiples succursales est devenue une véritable institution et le récit de Nadia relate cette impressionnante aventure. Récit de femmes déterminées à rendre plus accessible l’accès aux livres quels que soient les obstacles qui ont pu entraver ce projet dans une Egypte assez réfractaire à ce genre d’initiative. (CA)

Un Œil dans la nuit
Bernard MINIER

XO

501 pages

Un mourant confie une mission au prêtre qui le visite: remettre une clé USB à un producteur de cinéma avec qui il a travaillé.
Un ancien décorateur de cinéma, interné en établissement psychiatrique, est retrouvé mort sur le lit de contention où il a été torturé. Servaz et son équipe sont chargés de l’enquête.
Une étudiante s’apprête à interviewer Morbus Delacroix, le talentueux mais sulfureux réalisateur de films d’horreur, qui s’est isolé du monde voici 12 ans, sans diffuser son dernier film. Que masquaient ces tournages?
B. Minier plonge le lecteur dans le milieu controversé du film d’horreur. Chapitres courts, intrigue noire, rebondissements, héros malmenés, la recette fonctionne. L’accroche de fin de cette 8ème aventure promet un 9ème opus percutant. (JC)

 

Une Exécution
Danya KUKAFKA

Buchet-Chastel

444 pages

Il s’appelle Ansel Packer, surnommé "le tueur de gamines", condamné pour le meurtre de trois jeunes filles, et plus tard de sa femme. Ansel Packer a 46 ans. Il est dans le couloir de la mort et il lui reste douze heures à vivre.
Le monologue où il se confesse alterne avec le récit des trois femmes qui représentent chacune une partie de sa vie.
Dans ce thriller passionnant et bien construit, Danya Kukafka essait de démythifier les tueurs en série.
Un récit exceptionnel et abordable. (PD)

Le Silence
Dennis LEHANE

Gallmeister
traduit de l'anglais
444 pages

En 1974, Mary Pat Fenessy est une femme de la communauté irlandaise de Boston, quartier populaire et ouvrier contrôlé par une bande de criminels. Elle élève seule sa fille Jules, une adolescente de 17 ans. Quand celle-ci disparaît, au même moment un jeune Noir est tué dans une station de métro non loin de chez Mary Pat.
Plusieurs jours après le drame, Jules reste introuvable.
Roman réussi avec des thèmes forts: le racisme, la vengeance. Ce roman noir survolté est aussi un beau et bouleversant portrait de femme. (PD)

Sweet chaos
Meryem ALAOUI

Gallimard

304 pages

Un immeuble de Brookling où vivent des gens très divers: un couple amoureux, Riley et Graham, Jolene qui sait tout et carbure à l’herbe, Ethan, un peu trafiquant, chez qui se tiennent des soirées originales, une vieille dame dont le fils apparaît parfois, un couple de lesbiennes, un chien hystérique, un petit robot... Chacun mène sa vie, sous le regard des autres, entre potins et solidarité. [...]
Une langue très vivante selon le registre culturel de ses personnages, un petit monde pittoresque typique d’un certain mode de vie à New York, dur et séduisant à la fois, embarquent le lecteur dans un univers inattendu. (Hebdo des Notes)

Il n'y aura pas de sang versé
Maryline DESBIOLLES

Sabine Wespieser

148 pages

Lyon 1868. L’auteur nous conte la vie de quatre femmes pauvres et illettrées, qui travaillent dans un atelier dans lequel des centaines de jeunes femmes appelées "ovalistes" contrôlent des machines à torsader et embobiner la soie grège, 12 heures de travail, 6 jours par semaine.
Un deuxième récit parallèle met en scène quatre jeunes filles de notre époque qui courent un 800m relai. Comme les quatre héroïnes du XIXème siècle, dans une compétition aussi intense, elles se donnent à fond et s’épauler pour gagner.
Langue nerveuse et inventive, suspense entretenu, magnifiques portraits de femmes volontaires et généreuses. Un plaisir de lecture. (MD)

Cabanes de mer
Annabelle COMBES

Héloîse d'Ormesson

349 pages

Gédéon, dit GD, un jeune architecte de 35 ans, vient d’être licencié. Un jour il découvre dans une brocante de vieilles planches en bois qu’il commence à retaper. Il construit une cabane dans son studio parisien. A partir de ce moment toute son avenir va changer.
Un roman très tendre, nostalgique et très touchant. Un bon moment de lecture si on se laisse charmer par l’atmosphère envoûtante et par l’empathie des personnages. (JD)

Les Deux Beune
Pierre MICHON

Verdier

156 pages

Ces Beune sont deux rivières affluentes de La Vézère, renommée pour son barrage mais surtout pour ses beaux villages et ses sites préhistoriques.
Dans ce décor, une tragédie éternelle: la femme "fatale", en enjôleuse, sensuelle, ensorceleuse, sorcière! A la Mérimée, Hugo, Marguerite Duras, Dumas etc.
Avec un style littéraire tellement simple mais précis, l’auteur décrit les affres de la passion, l’érotisme incendiaire sans vulgarité. De la grande littérature admirable. (Hebdo des notes)

Déjà les mouches
Matthieu PECK

Gallimard

235 pages

Gilles Krfft, 49 ans, a fait fortune dans des affaires troubles, des commerces douteux. Il rencontre un ami de jeunesse à qui il raconte sa vie. Marié à Gisèle, brillante et honnête, celle-ci l’entraîne dans un monde corrompu de nouveaux riches qui veulent jouir sans entraves de leur fortune; vérités fracassantes, désirs inavouables, jalousies, etc.
Atmosphère oppressante, descriptions de milieux glauques. Style original mais l’intérêt du lecteur faiblit. (MD)

La Promesse d'une île
Sophie TAL MEN

Albin Michel

344 pages

A Groix, un médecin doit se faire opérer et son secrétaire met une annonce pour trouver un remplaçant. Alexis, jeune médecin blessé moralement et physiquement, tout juste de retour de Syrie en mission humanitaire vient le remplacer. Olivia, la jeune kiné propose ses services pour faciliter la rééducation d’Alexis. L’île est belle et ses habitants sympathiques. Cela suffira-t-il à Alexis pour se reconstruire?
Roman facile et agréable à lire qui fait passer un bon moment de lecture. (MM)

 

Mai 2023

Les Disparus de Blackmore
Henri LŒVENBRUCK

XO

517 pages

1925. Lorraine Chapelle, première femme diplômée de l’Institut de criminologie de Paris, débarque sur l’île de Blackmore pour répondre à l’appel de Sir Ronald Waldon et l’aider à retrouver sa petite-fille disparue. Sur l’île elle rencontre Edward Pierce, un détective aussi féru de sciences occultes qu’elle est une irréductible cartésienne. Il est venu à la demande de son ami, le père Pat Molloy. Mais ce dernier a aussi disparu. Commence alors une enquête qu’on a beaucoup de plaisir à suivre.
H. Loevenbruck emmène le lecteur dans les pas des deux détectives, dans un mélange de policier classique et de quête ésotérique. (PD)

La Lisière
Niko TACKIAN


Calmann Levy
319 pages

Vivian, Hadrien son mari et Tom son fils sont sur une route des landes désolées des Monts d’Arrée. En pleine nuit un choc sous la voiture. Hadrien descend pour aller voir. Puis Tom a une envie pressante et sort à son tour de la voiture. Vivian attend mais ne les voit pas revenir. Elle sort à son tour, les cherche, mais elle est agressée. Elle est sauvée par l’arrivée d’un camion. L’enquête commence, menée par la lieutenante de gendarmerie, Maëlys Mons. Vivian va mal et fait des cauchemars.
L’auteur nous plonge avec brio dans l’atmosphère anxiogène d’un voyage à "La Lisière" entre réel et réalité. (PD)

Le Chalet des disparus
Ruth WARE

Fleuve Noir
traduit de l'anglais
424 pages

Des associés d’une célèbre application de musique se rendent dans un chalet en pleine montagne pour discuter de l’avenir de leur entreprise. Ils sont dix et sont accueillis par deux employés, Erin et Danny le cuisinier. Erin remarque dès le début les tensions entre les membres du groupe, certains sont du côté de Topher, les autres d’Eva. Puis Eva disparaît, une avalanche piège le groupe dans le chalet. Alors que l’électricité se coupe et que le froid envahit peu à peu le lieu, deux autres membres du groupe sont retrouvés assassinés.
Un roman policier classique dont le seul élément contemporain est la réflexion sur le monde hyper compétitif de la Tech...
Se lit facilement, avec plaisir, mais le tout est un peu "surfait". (DB)

Les Rives de la mer douce
Laura ALCOBA

Mercure de France

148 pages

Laura, la narratrice, se promène sur la rive de l’Aven, la rivière bretonne au paysage qui lui rappelle son pays natal, l’Argentine. Elle a fui son pays et en garde une profonde nostalgie. La mer douce, c’est le Rio de la Plata sur les bords duquel elle a vécu son enfance.
L’auteur raconte aussi la peine d’un enfant obligé de se cacher, de changer de nom lorsque ses parents ont été menacés et se sont exilés avant elle. Elle cherche à retrouver dans le paysage et la culture française des ponts avec l’Argentine.
Ecrit dans une langue précise, précieuse, admirable, ce récit est un très bon témoignage sur les sentiments d’un réfugié. (MD)

 

Le Chemin de sel
Raynor WINN

Stock

373 pages

En 2013, à 50 ans, Raynor et son mari Moth sont dépossédés de leur ferme. Au même moment le médecin diagnostique une maladie dégénérative chez Moth, qui lui laisse peu de temps à vivre. Face à cet acharnement du sort, ils décident d’aller marcher sur le sentier côtier du sud-ouest de l’Angleterre.
C’est un véritable carnet de route que l’auteure nous offre. Un récit poignant, criant d’injustice au début, mais finalement criant d’espoir et de douceur; la douceur de ces deux êtres qui s’aiment par-delà les épreuves. (JD)

Tsunami
Marc DUGAIN
Albin Michel
259 pages

Dans un avenir proche, le président de la République, fraîchement élu, se confie dans une sorte de journal intime. Marc Dugain revient à la politique-fiction. C’est une réflexion sur la solitude du pouvoir et sur les sujets actuels. Pourquoi les hommes rêvent-ils d’exercer ce métier ingrat où il s’agirait de régler tout ce qui ne marche pas dans le pays?
Les personnages sont caricaturaux et la réflexion "philosophique" n’approfondit pas vraiment les sujets. Une pirouette finale décevante...et on reste sur sa faim. (Hebdo des Notes)

Une Nuit particulière
Grégoire DELACOURT

Grasset

187 pages

Aurore, après trente ans d’amour avec Olivier est quittée par celui-ci. Désespérée, elle erre dans les rues de Paris.
Une histoire d’amour commence sur le bout d’un trottoir par une cigarette partagée entre une femme et un homme qui ne se connaissent pas. C’est le même récit de cette nuit que nous racontent Aurore puis Simeone. Une rencontre improbable, une divagation sur l’amour, c’est beau, c’est tendre, c’est cru, parfois violent ou triste... comme l’amour. Lecture très agréable. (YJ)

Les Contemplées
Pauline HILLIER

Manufacture de livres

179 pages

Un groupe de "femen" manifeste devant le commissariat de Tunis. L’une d’elle, la narratrice, est arrêtée puis emprisonnée pendant plusieurs semaines. Dans une cellule exiguë, surpeuplée, elle survit parmi des criminelles, des voleuses, des pauvresses qui, malgré des conditions de saleté et de nourriture rationnée,se consolent et s’entraident. Son statut de Française lui permettra d’être libérée.
Le récit de ce cauchemar est époustouflant! La qualité littéraire et la capacité de créer l’oppression carcérale font que le lecteur est captivé, malgré la noirceur du propos. (MD)

Intimités
Katie KITAMURA

Stock
traduit de l'anglais
252 pages

Une jeune américaine s’installe à La Haye et travaille comme interprète au Tribunal Internationnal. Femme effacée, timide, elle peine à s’insérer dans cette nouvelle vie. Elle rencontre un homme charmant, marié, en cours de divorce et dont elle occupe l’appartement pendant qu’il est à Lisbonne pour régler son divorce. Elle collabore au jugement d’un tyran africain poursuivi par l’ONU pour des massacres dans son pays. Beaucoup d’émotions pour cette jeune femme, exilée, dont le père est décédé récemment. Tendre colombe dans un monde cruel.
Ecrit tout en nuances, ce roman est très "japonais": subtil, pudique, mais le lecteur ressent toute la violence de notre civilisation. Très bon roman d’un abord un peu hardi. (MD)

De l'espoir et autres créatures ailées
Lydia MILLET

Les Escales
traduit de l'anglais
251 pages

Après 15 ans de vie commune avec Lane, qui vient de le quitter, Gil, change de vie. Il achète une lointaine maison "en ligne", et la rejoint à pied, en 5 mois. Il se lie avec ses nouveaux voisins, s’investit au sein d’une association et commence à se reconstruire.
L. Millet intercale des séquences de vie, de rencontres et de souvenirs entre lesquels s’immiscent quelques observations ornithologiques. On apprend ainsi de la vie passée et actuelle du personnage principal; c’est l’occasion pour l’auteure de montrer comment se créent ou se distendent des liens au gré des situations de la vie courante.
Le récit fait la part belle à la bienveillance, mais il ne s’y passe pas grand-chose et les personnages y apparaissent plutôt lisses. (JC)

 

La Famille
Naomi KRUPITSKY

Gallimard
traduit de l'anglais
386 pages

Au cœur des années 1930, de nombreuses familles italiennes ont émigré à New York, dans le quartier de Brookling. Deux amies, Sofia et Antonia, inséparables mais différentes ont cependant un point commun: leurs pères font partie de la mafia ou La Famille.
Nous suivons le parcours de ces enfants, adolescentes puis femmes. Une amitié très forte protégera ces deux héroïnes contre les vicissitudes de la vie.
Un premier roman dense qui dévoile la force de deux destinées inoubliables. La Famille est une magnifique histoire d’amitié féminine liée à une exploration fascinante des coulisses de la mafia, vue par des femmes. (MH)

Vers la mère
Lorena SALAZAR

Grasset
traduit de l'espagnol
258 pages

Dans une pirogue naviguant sur un fleuve de la jungle colombienne, se trouvent un enfant noir et une femme blanche. La femme conduit l’enfant vers sa mère biologique, qui le lui avait confié quelques jours après sa naissance parce qu’elle n’avait pas les moyens de s’en occuper.
L’enfant (on ne connaîtra jamais son prénom) sait qu’il a deux mères mais ignore le but du voyage. Le voyage s’étire sur plusieurs jours, les conditions de navigation sont inconfortables et incertaines.
Un premier roman poignant et tragique pour plonger dans la littérature sud-américaine. Un récit qui interpelle. (DB)

Journal d'un vide
Emi YAGI

Robert Laffont
traduit du japonais
216 pages

Mme Shibata, jeune trentenaire, travaille dans une entreprise qui gère la production de tubes en carton. C’est la seule femme de son service et c’est donc à elle qu’incombent de façon "naturelle" les tâches ménagères: faire le café, débarrasser les cendriers vides, nettoyer les salles de réunions... Un jour elle déclare être incommodée par l’odeur d’un mégot parce qu’elle est enceinte... Mais cette information est un mensonge.
Difficile d’adhérer à cette histoire dont le "dénouement" laisse le lecteur perplexe. Roman décevant, peu abouti. (CA)

Éteindre la lune
William Boyle

Gallmeister
traduit de l'anglais
411 pages

Dans l’Amérique des années 2000, un père éploré, un gamin coupable, un gangster et un magouilleur vont se trouver en présence, mais c’est l’atelier d’écriture proposé par Lily qui va dénouer tous ces destins.
Une ode à l’amitié et à la résilience. (MM)

 

Avril 2023

Le Roitelet
Jean-François BEAUCHEMIN

Québec Amérique

143 pages

Un écrivain décide d’écrire sur son frère, de deux ans son cadet. L’auteur vit avec sa femme Livia, son chien Pablo et le chat Lennon, à la campagne, à une cinquantaine de kilomètres de Montréal. Son frère est schizophrène et il le voit presque tous les jours. L’oiseau c’est lui...
L’auteur nous présente aussi les voisins bienveillants, M. et Mme Vermeulen, M. Chung à la philosophie bouddhiste, et surtout, la nature omniprésente qui les émerveille en permanence.
C’est l’histoire très simple d’un amour fraternel inconditionnel. La vie du plus fragile est souffrance, incompréhension, solitude délire, peur. Le plus fort le console, le prend dans ses bras, lui parle, le calme, ou est tout simplement là.
Un bijou de poésie et de nature très accessible. (JD)

Les Mangeurs de nuit
Marie CHARREL

L'Observatoire

304 pages

Colombie Britannique, de 1920 à 1956. Hannah émigre au Canada pour épouser un japonais déjà installé. Bercée par les contes et légendes du pays de ses parents, elle grandit dans un milieu hostile où les japonais sont la cible de racisme.
Jack veille sur les eaux et forêts de cette région. Lui aussi se réfugie dans les légendes amérindiennes. Les Indiens sont eux aussi malmené par les autochtones.
Hannah et Jack se rencontrent, s’apprivoisent et vivent dans leurs souvenirs, leurs blessures enfouies etleurs regrets.
D'une plume majestueuse, l'auteur raconte un épisode peu connu et peu glorieux de l’histoire canadienne. Superbe hommage à la nature et beau message de fraternité. Très beau moment de lecture. (MH)

Une Simple histoire de famille
Andréa BESCOND

Albin Michel

245 pages

Du Finistère des années 60 au Paris d’aujourd’hui, à travers les histoires de Louisette, Hervé et Léo, l’auteur retisse le fil de trois destins brisés de trois générations, qui refusent par leur choix, la transmission des tragédies.
Ce roman coche toutes les cases du politiquement dénonçables: avortement, homosexualité, pornographie, violences faites aux femmes, désir de liberté des femmes.
Toutes dénonciations légitimes mais un peu trop pour un court roman. De plus, à travers un langage très actuel et souvent cru, Andréa Bescond parsème son texte de scènes de sexe et de vulgarité qui n’apportent rien à l’histoire. (YJ)

Les Femmes du bout du monde
Mélissa DA COSTA

Albin Michel

378 pages

A la pointe de la Nouvelle Zélande, vivent Autumn et sa fille Milly. Elles gèrent le camping "Mutunga o te ao" (le bout du monde), au cœur d’une nature sauvage et préservée. Les femmes forment un duo inséparables et ont une routine bien organisée jusqu’à l’arrivée de Flore, une jeune Parisienne qui a choisi de plaquer sa vie d’avant et est en quête d’un nouveau départ.
Histoires de femmes, de chemins de vie, qui se croisent; un cheminement vers le pardon et la reconstruction de soi.
Agréable moment de lecture pour la richesse des protagonistes et leur façon de s’emparer de leur vie. (CA)

Dernière séance
Christine DESROUSSEAUX

Calmann-Levy

250 pages

Dora est podologue, vit seule et se suffit à elle-même. Elle a un rythme de vie peu enthousiasmant. Elle est solitaire, et ne s'est jamais épanouie avec les hommes… C’est pour cela qu’elle consulte le psychanaliste Serge Vergritz. Un jour elle apprend son décès, et pour lui rendre hommage elle décide de se rendre sur sa tombe en Belgique. A partir de ce moment sa vie bascule.
Christine Desrousseaux, à travers l’évocation des rapports d’une patiente avec son psy, signe un joli portrait de femme. (PD)

La Poésie des marchés
Anne-Laure DELHAYE

Albin Michel

272 pages

Lucie, analyste des marchés du pétrole, du gaz, de l’électricité, veut enchanter le quotidien trop rationnel dans lequel elle travaille. Dans son entreprise, avec une bande de collègues un peu naïfs et farfelus, elle va utiliser un arsenal de subterfuges, en usant d’une imagination complètement déjantée pour apporter un peu de douceur dans ce "monde de brutes".
Ces employés farfelus qui jonglent d’idéaux en idéaux, vivent des aventures toutes plus déjantées les unes que les autres et font passer de bons moments tout en faisant réfléchir: et si on réenchantait notre quotidien au travail ou chez nous?
Roman très original et plein de fantaisie. (MH)

Deux innocents
Alice FERNEY

Actes Sud

310 pages

Claire, heureuse en ménage et mère d’un garçon de 12 ans, est aimée de tous et catholique pratiquante. Elle enseigne dans un établissement pour adolescents dotés d’un chromosome surnuméraire qui provoque chez eux une lenteur cognitive mais leur confère aussi un mystérieux complément d’âme et de sensibilité. Pour eux Claire déploie une créativité pédagogique extraordinaire.
Arrive Gabriel. Claire va tout faire pour le mettre en confiance et l'aider à s’épanouir...
A travers cette histoire très contemporaine, A. Ferney conduit le lecteur à s’interroger sur un certain fanatisme judiciaire. Elle maîtrise parfaitement bien l’intrigue, les personnages sont réalistes, le style clair. Captivant. (DD)

Au loin, quelques chevaux, deux plumes...
Jean-Louis MILESI

Presses de le Cité

478 pages

.Minnesota 1862. Mika, jeune Dakota métis de 10 ans est emmené avec sa famille vers une réserve assignée aux siens, les Sioux, par les colons. Son frère aîné est pendu avec 37 autres indiens.
Au même moment, Edward Curtis découvre un objectif d’appareil photo dans les affaires de son père et construit avec l’aide de son voisin son premier appareil photo. C’est immédiatement le coup de foudre pour cette activité qu’il élèvera, parvenu à l’âge adulte, au rang d’art.
Ponctuée à la fois de tragédies et d’humour grinçant, cette biographie romancée est surtout un récit d’aventures teinté de fonds historiques et de culture amérindienne. (DB)

 

Jusqu'au prodige
Fanny WALLENDORF

Finitude

102 pages

A l’arrivée de la seconde guerre mondiale, Thérèse, une petite fille séparée de son frère Jean, est placée dans une ferme isolée, dite la ferme de le mère Ségur. Cette dernière étant décédée, c’est son fils, "le chasseur" qui l’accueille et la tiendra prisonnière pendant quatre ans.
Un matin, Thérèse trouve le courage et la force de s’enfuir afin de retourner au village de Valchevrière pour retrouver son frère, qui lui avait donné rendez-vous à la fin de la guerre. Y parviendra-t-elle?
Un récit émouvant, original et troublant, enrichi d'une écriture poétique en relation avec la nature et l’animal. (FG)

Oh William !
Elizabeth STROUT

Fayard
traduit de l'anglais
250 pages

La narratrice, Lucy Barton, la soixantaine, veuve récente de son deuxième époux, nous parle se son premier mari, William. Elle a quitté celui-ci dont elle ne supportait plus les aventures extra-conjugales lorsque leurs deux filles sont devenues majeures. Au début du récit, William qui vit avec sa troisième femme, a téléphoné à Lucy car il est troublé par la découverte d’un secret dans sa famille. Lucy accepte de l’aider : ils ont restés amis. Roman sur le couple et son intimité fragile et désespérée. Descriptions précises des moeurs modernes aux Etats-Unis. Roman original, dérangeant et qui demande un peu d’attention.. (DD)

Les Vivants et les autres
José Eduardo AGUALUSA

Métailié
traduit du portugais
216 pages

Dans une île paradisiaque du Mozambique, des écrivains africains parlent de leur métier, quand survient une tempête qui va les plonger au coeur de leurs personnages.
De la réalité à l’onirisme, c’est un roman qui peut dérouter mais avec lequel on peut se laisser emporter à condition de laisser de côté tout esprit cartésien. Se lit agréablement. (MM)

La Petite-fille
Bernard SCHLINK

Gallimard
traduit de l'allemand
337 pages

Après le décès de sa femme, Kaspar apprend que celle-ci a eu, en RDA, une fille qu’elle a abandonnée.
Il part à sa recherche et la trouve dans un milieu néo-nazi. Kaspar qui n’a pas eu d’enfant se découvre un amour de grand-père pour cette adolescente. Il essaiera de la faire réfléchir sur l’inanité des théories nazies.
Roman intéressant tant pour ce qu’il nous dit des relations entre RDA et RFA que sur l'amour d'un grand-père. (MM)

Trois vies par semaine
Michel BUSSI

Presses de la Cité

454 pages

La capitaine Katel tente de comprendre et d’élucider les causes de la mort d’un homme: accident, suicide, assassinat?
Cet homme dont l’identification fait apparaître trois hommes nés le même jour dans trois villes différentes, trois vies bien cloisonnées, trois femmes aimantes.
L’auteur brouille les pistes, croise les récits de 1960 à nos jours, change de décor en allant des Ardennes à la Bohème et nous fait découvrir le monde des marionnettes.
Personnages, manipulations et vérités s'imbriquent dans cette intrigue dont la construction donne envie au lecteur d’avancer pour connaître le dénouement. (EP)

Petite sale
Louise MEY

éd. du Masque

373 pages

Février 1969. Cette petite sale, c’est Catherine, 19 ans, que l’on ne voit pas, qui ne parle pas, qui "fait" sale. Une "petite à tout faire", employée au Domaine, vaste ferme sur laquelle règne "Monsieur", riche, méprisant, despote détestable, imbu de lui-même.
Sa petite fille, Sylvie, est enlevée et Catherine est la dernière à l’avoir vue.
Dans ce roman noir sur fond de monde rural à la fin des années 60, la boue colle aux chaussures comme à l’ambiance.
Louise Mey emmène le lecteur avec maîtrise dans un décor de froid et d’humidité
et démontre le parallèle entre lutte des classes et féminisme. (PD)

Les Brouillards noirs
Patrice GAIN

Albin Michel

245 pages

Dans le climat hostile des îles Féroé, la recherche d’un père pour retrouver sa fille disparue.
Propos écologistes et sentiments paternels maintiennent l’intérêt du lecteur jusqu’au bout.
Une quête que l’on suit sans pouvoir la lâcher. (MM)

 

Mars 2023

Les Filles comme nous
Daphne PALASI ANDREADES

Les Escales
traduit de l'anglais
217 pages

New York, quartier du Queens. Les filles comme nous, ce sont des jeunes filles de toutes origines, à "la peau brune", des filles d’immigrés venus aux Etats-Unis, pour échapper à la misère de leur pays.
Nous les suivons tout au long de leur scolarité, puis de leur vie d’étudiantes, de femmes, dans une Amérique où tout est loin d’être facile pour elles.
Roman polyphonique fait de courts chapitres, pleins d’émotions envoyées par ces filles/femmes et leur destin, leurs questionnements, leurs doutes, les tiraillements qui les oppressent, entre leurs devoirs envers leur famille et leurs désirs. Un bon moment de lecture. (MH)

Le Tribunal des oiseaux
Agnes RAVATN

Actes Sud
traduit du néo-norvégien
227 pages

Allis, cherchant à se faire oublier après un scandale médiatique, accepte le poste d’aide à domicile dans un fjord perdu. Mais l’homme qui la reçoit est un beau quadragénaire taciturne, qui prétend avoir besoin d’aide jusqu’au retour de sa femme. L’homme est mystérieux et le doute s’installe dans l’esprit d’Allis: sa femme a-telle l’intention de revenir?
D’une intensité rare, ce roman est un huis-clos envoûtant dans lequel le lecteur - à l’instar des personnages - se tient en équilibre fragile entre crainte et obsession. Le suspense va crescendo et tient le lecteur en haleine. (MM)

La Faute
Alessandro PIPERNO

Liana Lévi
traduit de l'italien
464 pages

Le narrateur se retourne sur la douleur passée qui a fait de lui l’homme qu’il est devenu.
Ecrit à la 1ère personne, ce personnage, fils unique taiseux et isolé, évolue dans une famille dysfonctionnelle, pleine de non-dits, qui ne côtoie pas le côté maternel, dont le narrateur ne sait rien.
Une rencontre dans une boutique et une réception juive à laquelle lui et ses parents sont invités vont lui faire découvrir cette branche maternelle.
Analyse de la psychologie adolescente, qui montre comment des liens et des noeuds peuvent se former au fil de notre histoire personnelle.
Roman italien très "proustien", dont la lecture n’est pas toujours facile. (MH)

Un Passage vers le Nord
Anuk ARUDPRAGASAM

Le Bruit du monde
traduit de l'anglais
293 pages

Krishan, revenu vivre au Sri Lanka après de études à Delhi, apprend la mort de Rani qui s’occupait de sa grand-mère.
Le même jour, il reçoit un message d’Anjum, le grand amour de sa vie.
Ceci va le replonger dans son passé et celui de son pays, qui a été déchiré par la guerre civile.
Nombreuses réflexions, à la fois d’ordre personnel et d’autres liées à la guerre et à la culture Tamoule.
Pour de bons lecteurs. ()

 

Pourquoi tu pleures ?
Amélie ANTOINE

Le Muscadier

282 pages

Le 18 juin 2022, 2h17. Lilas se réveille en sursaut. La maison est vide: Maxime est parti la veille au soir, emmenant Zélie à la pendaison de crémaillère d’un ami. Ils auraient dû être rentrés depuis longtemps. Maxime ne répond pas au téléphone. C’est la panique. Lilas avertit la police.
Roman qui plonge au plus profond de l’âme humaine et pose une question essentielle: peut-on connaître vraiment la personne qui partage votre vie?
D'une écriture agréable et fluide, ce récit parfaitement maîtrisé est d’une efficacité redoutable. (PD)

A qui la faute ?
Ragnar JÓNASSON

La Martinière
traduit de l'islandais
331 pages

Quatre amis d’enfance se retrouvent pour une partie de chasse à la perdrix des neiges dans les hauts plateaux de l’est de l’Islande. Une tempête aussi soudaine que violente s’abat sur eux. Ils se réfugient dans une cabane au milieu de nulle part. Dans ce refuge ils découvrent un homme silencieux et armé. Les ressentiments, la rancune refont surface, à côté de cet intrus muet. La balade tourne au cauchemar.
Ragnar Jonasson s’intéresse à la personnalité et la psychologie de chaque personnage face à un drame. Ce huis-clos renvoie à certaines oeuvres d’Agatha Christie dont l’auteur est un admirateur et traducteur. (PD)

Dernière fête
Clare MACKINTOSH

Marabooks
traduit de l'anglais
428 pages

A la frontière entre le Pays de Galles et l’Angleterre, en ce soir de 31 décembre, le chalet de Rhys Lloyd est plein d’invités. Promoteur d’un lotissement haut de gamme implanté sur la rive d’un lac gallois, il fête son succès en conviant les villageois à trinquer avec leurs nouveaux et riches voisins. Ce sera sa dernière fête. A minuit le corps de Rhys Llyod flotte dans les eaux glacées du lac.
L’agent Fiona Morgan, native du village et Leo Brady, de la Brigade criminelle du Cheshire, mènent l'enquête.
Roman policier de facture classique, qui se lit avec plaisir même si la mise en place de l’intrigue est un peu lente. (DB)

L' Enfant rivière
Isabelle AMONOU

Dalva

298 pages

Entre 2024 et 2030, au Canada, tout va mal: le changement climatique cause d’énormes dégâts, tempêtes, ouragans, pluies diluviennes.
C’est le chaos aux Etats-Unis, que la population fuit pour se réfugier au Canada.
Tom et Zoé se sont connus sur les bancs de l’école. L’amour les a réunis malgré le désaccord de leurs parents et leurs origines différentes. Un petit Nathan est né. Mais en 2024, Nathan disparaît sur les rives de la rivière des Outaouais. Il a quatre ans, le couple se délite; chacun de son côté le cherche, mais son corps n’a jamais été retrouvé.
Un roman prenant, avec un portrait de femme, Zoé, en constante interrogation. Excellent roman, d’une tension soutenue et captivante. (JFD)

 

Le Secret de Sybil
Laurence COSSÉ

Gallimard

137 pages

Deux jeunes filles, Laurence et Sybil, partagent une amitié fusionnelle entre leur dix et quinze ans.
Dans la famille de Laurence, la narratrice, règnent la fantaisie et la bonne humeur, contrairement à celle de Sybil, famille puritaine plus élévée socialement et soucieuse des apparences.
Le Lycée sépare les deux amies et leur amitié s’étiole mais elles se retrouvent au mariage de Sybil. Un secret est dévoilé.
Un roman sentimental, profond et poignant, qui ne peut qu’émouvoir le lecteur ou plutôt... la lectrice (?). (MD)

La Promesse
Marie de LATTRE

Calmann Levy

231 pages

La promesse, c’est celle demandée par le grand-père de la narratrice à son fils Jacques.
La narratrice retrouve des lettres qui lui révèlent l’adoption de son père après la déportation de ses grands-parents biologiques. Jacques est le fils d’un couple de Juifs. Il a été adopté par Pierre et Madeleine Delattre. Avant la guerre les deux couples entretenaient des relations amicales.
Un récit de vie tragique, émouvant et profondément humain. Témoignage tardif mais exceptionnel sur les drames causés par la déportation.. (MD)

Le Silence et la colère
Les Années glorieuses (T2)

Pierre LEMAITRE
Calmann Levy

563 pages

Au travers de la vie des Pelletier, c’est l’histoire de la France d’après-guerre qui est relatée.
C’est le plein essor mais la marche en avant se fait au détriment de certains: la répression contre les avortements clandestins est terrible, les conditions de travail des ouvrières sont épouvantables, les logements vétustes et l’hygiène déplorable.
Avec son art de la narration, son soin du détail et du fait historique, l'auteur nous plonge avec brio dans ces années 50 avec des personnages attachants et hauts en couleur, une écriture fluide et des dialogues savoureux.
Un récit, comme toujours très documenté, dans lequel l’humour et l’ironie sont toujours présents pour notre plus grand plaisir. (CH)

Sous un ciel de faïence
Céline LAURENS

Albin Michel

267 pages

Aux commandes d’une rame de métro parisien, Jacques transporte une foule bigarrée de travailleurs et de voyageurs de passage. Il affectionne particulièrement la ligne 6. Dans ce monde souterrain se tissent les histoires du quotidien de tous ces voyageurs. Sont ainsi dressés des portraits de gens aussi cabossés qu’étonnants.
C’est à la station Madeleine que Jacques rencontre Madeleine qui devient sa truculente et excentrique épouse.
Une ode à la solidarité, à l'écriture originale, qui fait la part belle à une touchante histoire d’amour vécue "sous un ciel de faïence", clin d’oeil au poinçonneur des lilas de Gainsbourg.
Chroniques amusantes du "petit monde" des transports publics. (FG)

 

L'Ancien calendrier d'un amour
Andreï MAKINE

Grasset et Fasquelle

195 pages

Le narrateur rencontre dans le cimetière de Nice un vieil homme, Valdas. Celui-ci lui raconte ses souvenirs de la guerre de Crimée de 1913, sur les bords de la mer noire.
Il a alors 14 ans et passe l'été à la magnifique villa Alizé. Il éprouve ses premiers émois une nuit sur la plage, avec Taïa, une jeune femme de quelques années son aînée et contrebandière.
La guerre approche et la révolution sème le désordre sur son passage. Valdas s’est engagé du côté des Russes blancs contre les Rouges. Kathleen dont il était amoureux, a refait sa vie. Il est de retour en Crimée pour combattre.
Roman émouvant d’une belle écriture. (PD)

Fille en colère sur un banc de pierre
Véronique OVALdÉ

Flammarion

304 pages

Une histoire de famille sur une île au large de Palerme en Sicile.
Quatre soeurs vivent sous la dure autorité d’un père passionné d’opéra. Aïda, la troisième des filles s’est éloignée de la famille pendant quinze ans. Elle revient sur l’île familiale pour assister aux obsèques de son père. Le passé et ses secrets vont resurgir.
Véronique Ovaldé, avec son ton, ses remarques personnelles, une plume fantaisiste, incisive et imagée, transforme un drame en une chronique distanciée, analysant les comportements de chacun avec pertinence et bienveillance dans l’ambiance particulière de ce coin de Sicile. Un bon moment de lecture. (YJ)

Croire: sur les pouvoirs de la littérature
Justine AUGIER

Actes Sud

142 pages

Justine Augier démontre le pouvoir des mots et de la littérature à travers le destin de figures de la résistance syrienne comme Razan Zaitouneh et de nombreux auteurs dont elle cite les textes: Annie Ernaux, Primo Lévi, Georges Perec, Charlotte Delbo, Emmanuel Carrère, Aragon, Simone de Beauvoir...
En parallèle, elle rend hommage à celle qui lui a transmis cet amour des livres, sa mère, Marielle de Sarnez, combattante, personnage politique, députée du Modem, qui, malade et hospitalisée, l’a incitée à écrire ce livre.
Les faits historiques, les citations sont très intéressants et les passages sur sa mère et son évolution très émouvants. Cependant, pas de réelle construction et un mélange de genres qui peuvent désarçonner le lecteur. (DB)

 

Février 2023

Le Chant du silence
Jérôme LOUBRY

Calmann Levy

400 pages

Un port français. En 2019, Damien apprend la mort de son père. Il revient dans le village de son enfance après 24 ans d’absence pour l’enterrement car il tient "à cracher sur le cadavre de ce père assassin".
L’été 1995 avait marqué la fin de l’innocence pour Damien. A la suite du meurtre de son ami, il est parti avec sa mère à l’autre bout de la France pour ne plus revenir.
Jérôme Loubry signe un roman qui traite du passage de l’adolescence à la vie adulte. C’est aussi un roman noir plein de vies fracassées sur fond de crise sociale et environnementale. (PD)

Les Gens des collines
Chris OFFUTT

Gallmeister
traduit de l'anglais
232 pages

Mick Hardin est un militaire, enquêteur pour l’armée. Il voyage beaucoup et sa femme Peggy est souvent seule. Il est de retour dans son Kentucky natal pour faire le point avec Peggy qui attend un bébé. Lina, sa soeur, est shérif de la petite ville où ils ont vécu leur enfance. Elle sollicite son frère pour l’aider à résoudre une enquête: une femme vient d’être retrouvée morte dans les collines.
L’auteur nous emmène dans ses collines natales où les personnages, les ambiances et les mentalités sont bien dépeintes. (PD)

Pour tout bagage
Patrick PÉCHEROT

Gallimard

167 pages

En 1974, une bande de cinq jeunes s’inspiraient des GARI (le Groupe d’Actions Révolutionnaires Internationales, qui avait enlevé le banquier espagnol Suarez). Leur première opération avait mal tourné: ils avaient abattu par erreur un passant. Ils n'ont jamais été inquiétés.
Quarante cinq ans plus tard, l’un d’eux reçoit un récit anonyme. Le narrateur part à la recherche de ses anciens camarades, dont le passé et le présent s’entremêlent. Cette recherche lui fait reconstituer les circonstances du drame.
Ce roman noir, qui plonge le lecteur dans l'après Mai 68, maintient le suspense jusqu’aux dernières pages. (FC)

Plus jamais sans moi
Maud ANKAOUA


Eyrolles
353 pages

Après des années passées aux côtés de son associé et amant, Constance, brillante avocate, décide de changer de poste pour le cabinet de ses rêves. Après la signature de son contrat, elle découvre qu’elle doit effectuer une période d’essai, d’un genre peu conventionnel: parcourir le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle.
Et si ce chemin lui permettait de faire les plus belles rencontres de sa vie et de découvrir les clés d’un amour véritable?
Qualifié de livre de développement personnel et "feel good book", le roman correspond tout à fait à ce que l’on attend: des lecteurs apprécieront, d’autres pas. (DB)

Le Nageur de Bizerte
Didier DECOIN

Stock

441 pages

1921. Bizerte. Un jeune nageur, en nageant, découvre un cuirassé russe dans la lagune. Il aperçoit une silhouette vêtue de blanc et il n’aura de cesse de la retrouver.
Cette jeune fille, Yelena, a embarqué avec sa tante depuis Sébastopol, après bien des péripéties pour fuir les massacres des Bolcheviks.
Un récit historique passionnant et une idylle improbable. (MM)

Habiller le ciel
Eugène ÉBODÉ

Gallimard

260 pages

Retenu par la rentrée des classes, l’auteur n’est pas allé à l’enterrement de sa mère, Vilaria, au Cameroun, son pays natal. Pourtant celle-ci est la figure majeure de sa vie. Il raconte alors son cheminement: jeune enfant sauvé de justesse, puis adolescent qui cherche sa voie et adulte qui a réussi, sous l’amour absolu de cette femme extraordinaire.
Le récit se situe dans un mélange entre vies privées, vie sociale et vie politique. L’écriture est agréable et nous entraîne dans un autre monde à la fois violent et plein de tendresse. L’auteur rend un hommage attachant et émouvant à Vilaria, sa mère. (JD)

Pleine et douce
Camille FROIDEVAUX-METTERIE

Sabine Wespieser

216 pages

Stéphanie est la maman d’Eve, un bébé qu’elle a fait toute seule. Autour de la fête organisée en l’honneur de ce bébé, est invité tout un gynécée composé des deux soeurs, des nièces, de la nourrice, des amies.
Le roman choral prend vie sous la parole de chaque femme. Ce sont presque de petites nouvelles sur une femme, sur son corps, la pression de la maternité, les amours, la famille. Toutes ces femmes se penchent sur le berceau d’Eve, symbole et espoir d’une nouvelle femme, issue des luttes pour l’émancipation.
Un joli texte féminin sans pour autant être féministe. Une douce lecture. (DD)

La Nuit est mon jour préféré
Cécile LADJALI

Actes Sud

279 pages

Dans un hôpital israélien, le jeune psychiatre Tom, s’occupe de deux malades, un vieux musicien et une jeune fille fragile après un déni de grossesse. Il tombe amoureux de sa patiente et a une relation difficile avec sa mère qui était enceinte au chevet de sa soeur apnéiste dans le coma.
Des considérations sur ce que perçoivent les bébés in utero alourdissent le propos. Tout ça sur fond de conflit israélo-palestinien. (MM)

Les Sources
Marie-Hélène LAFON

Buchet-Chastel

117 pages

Immersion dans une famille du Cantal où la mère de trois enfants est submergée par la peur récurrente de la violence d’un mari. Mal mariée, elle l’a été avec la bénédiction de sa mère qui voyait en ce futur mari un gars costaud et travailleur, avec des parents propriétaires terriens dans le bourg d’à côté.
Écriture baignée de l’authenticité du terroir pour parler avec des mots justes de la France profonde de l’époque, de l’hypocrisie de clocher, de la bien-pensance et du qu’en-dira-t-on.
Roman court mais très puissant, qui dénonce les violences conjugales. (YJ)

Le Bureau d'éclaircissement des destins
Gaëlle NOHANT

Grasset

407 pages

Irène, française, a épousé un Allemand dont elle est divorcée. Embauchée depuis 1990 à l'International Tracing Service, un centre de documentation sur les persécutions commises par les nazis et organisme chargé de retracer le sort de leurs victimes, sa mission est de restituer aux familles des objets ayant appartenu à des déportés.
G. Nohant montre comment Irène construit ses enquêtes et sa manière de ne jamais heurter qui que ce soit.
L'auteure trouve l’équilibre entre le romanesque et l’historique, magnifiant ce dernier sans jamais le dénaturer ou l’atténuer.
Roman bouleversant qui rappelle que le devoir de mémoire est encore nécessaire. (CA)

 

Capitaine vertu
Lucie TAIEB

L'ogre

151 pages

Après plus de dix années de service, Laure Vertu, capitaine de police exemplaire et enquêtrice hors pair, démissionne brutalement de son poste au sein de la brigade anti-fraude.
Cette dernière s’accroche à un sac de sport, relique de son enfance, et revisite son histoire familiale.
Un portrait de femme et une analyse de la société; le roman est ancré dans un climat politique et social où la violence(en particulier les violences policières) prédomine et pose la question: "comment supporter cette violence et quel rôle peut-on jouer sans renier ses principes?"
Un roman très contemporain. Un univers fort qui ne séduira peut-être pas tout le monde mais ne laissera personne indifférent. (DB)

Elles
YAN, Lianke

Picquier
traduit du chinois
260 pages

En Chine, immersion dans la vie de 4 générations de femmes entre 1949 et le début du XXIème siècle.
Dans la misère paysanne, les femmes élèvent leurs enfants et travaillent aux champs. Elles luttent pour se libérer de la domination des hommes. L’auteur donne la parole à sa mère, à la première, la deuxième, troisième belle-soeur, à la série de tantes, etc.
Ces histoires sont interrompues par des chapitres de digressions qui exposent et expliquent les moeurs (fiançailles, mariages, éducation…) et donnent des descriptions précises et vivantes des conditions de vie des femmes et des hommes.
Ce récit offre une étude complète de l’histoire chinoise contemporaine. La lecture est agréable mais demande de l’attention. (DD)

 

Astra
Cedar BOWERS

Gallmeister
traduit de l'anglais
324 pages

Astra naît en Colombie Britannique dans les années 60, dans une communauté agricole alternative. Sa mère décède lors de l’accouchement et son père ne veut pas assumer sa paternité.
Ce roman déroule la vie d’Astra à travers dix hommes et femmes qu’elle côtoie, qui vont l’aimer, l’aider, la protéger.
Ces dix personnages dressent le portrait aux multiples contours d’une héroïne qui ne cesse de vouloir trouver sa voie et sa vie mais qui sera imprégnée et hantée toute sa vie par la communauté où elle est née.
Un beau roman humain et lumineux, très agréable à lire. (MH)

Harlem Shuffle
Colson WITHEHEAD

Albin Michel
traduit de l'anglais
420 pages

Harlem, années 60. Ray Carney n’a pas suivi l’atavisme familial en devenant après son père, une figure de la pègre locale. Il aime sa famille, et son seul souci est de développer son magasin d’ameublement avec lequel il vivote. Mais cela ne l’empêche pas de monter de "petits arrangements" pour arrondir ses fins de mois. Ceux-ci vont l’entraîner dans une séries d’embrouilles aux scenarii habilement montés et dénoués.
Harlem Suffle est un classique du roman noir avec cette immersion dans les arrangements avec la loi et la corruption. C’est aussi un roman engagé qui brosse le portrait d’une ville, Harlem, ce lieu fascinant. C’est l’histoire de la communauté afro-américaine, avec ses luttes de classes internes et spécifiques, ses relations avec la pègre et les Blancs.
Roman très dense qui trouve son équilibre entre roman d’ambiance, trame noire et contenu historique engagé. (MH)

 

Janvier 2023

Chienne et louve
Joffrine DONNADIEU

Gallimard

340 pages

Toul. La jeune Romy fuit sa ville et sa famille pour vivre à Paris. Elle veut devenir comédienne et suivre les cours Florent mais elle est sans revenu. Pour vivre et payer ses cours de théâtre, elle devient "effeuilleuse", occasionnellement prostituée.
Par relation, une dame âgée accepte de la loger en échanges de menus services. La cohabitation est difficile car Romy continue ses activités d’entraîneuse, ses cours et les liaisons amoureuses. Son tempérament violent voire hystérique s’oppose à celui de sa glaciale et vertueuse logeuse.
Ce roman décrit de manière excessivement réaliste, voire violente, les oppositions vice/vertu et jeunesse/vieillesse,ainsi que l’apprentissage du métier d’acteur. (MD)

Beyrouth-sur-Seine
Sabyl GHOUSSOUB

Stock

308 pages

Lorsqu’ils sont arrivés à Paris en 1975, au moment où la guerre éclatait au Liban, les parents de Sabyl Ghoussoub ne pensaient y rester que deux ans, le temps d’y achever leurs études. Plus d’un demi-siècle plus tard, leur fils né en France et trentenaire, entreprend de les interroger sur leur histoire, de réfléchir à son propre rapport au Liban.
Dans ce livrel’écriture est souvent émouvante, drôle, incisive, vive. C’est une formidable plogée dans un pays en guerre et dans une famille exilée. C’est surtout une incroyable déclaration d’amour de l’auteur à ses parents et à une ville martyre, Beyrouth.
Un livre un peu fourre-tout qui part dans tous les sens, un peu comme ce pays, le Liban, auquel personne ne comprend rien et surtout pas les Libanais. (JFD)

La Bibliothèque des rêves secrets
Michiko AOYAMA

Nami
traduit du japonais
352 pages

Tokyo. Les cinq personnages des histoires racontées en cinq chapitres sont soit sans travail, soit employés dans un domaine qui ne les intéresse pas, cumulant laborieusement travail et vie de famille. Ils vont découvrir la petite bibliothèque de leur quartier et un livre qui leur est attribué de façon inattendue par la bibliothécaire. Ce livre différent pour chacun selon sa personnalité, va modifier sa perception du monde et l’aider à évoluer en apportant des réponses à leur questionnement sur le sens de sa vie.
Un roman qui fait la part belle à la gentillesse, dans le genre "bien être" et développement personnel. (MH)

Le Royaume désuni
Jonathan COE

Gallimard
traduit de l'anglais
484 pages

L’histoire d’une famille britannique, de 1945 à 2021.
L'Angleterre d'aujourd'hui en Sept parties, sept temps forts, vue à travers les famille Clarke et Lamb. Avec des détours en Écosse et au Pays de Galles et, Mary Clarke, inspirée de la mère de l’auteur.
A travers des personnages bien construits, qui grandissent, s’aiment et meurent, J. Coe glisse des blessures personnelles et des souvenirs d’enfance.
Une société en pleine mutation, un rapport ambigu avec la monarchie, un populisme triomphant, voilà les origines de la désunion des Britanniques, selon l'auteur.
Bon moment de lecture. (CA)

Le Passeur de livres
Carsten HENN

XO
traduit de l'allemand
265 pages

Karl, libraire dévoué, porte des livres à certains clients qui ne veulent ou ne peuvent se déplacer. Chaque soir, il arpente les rues pittoresques de sa ville pour aller vers ses quelques lecteurs, dont il connaît les goûts littéraires mais également les failles et les secrets. Il est le fil qui les relie au monde.
Une petite fille espiègle, Schascha, va s'immiscer dans le parcours et permettre à Karl et à ses lecteurs de s’ouvrir à d’autres lectures et de renouer avec le bonheur.
Un roman plein de tendresse et d’humanité porté par un duo attachant. Une ode à l’amitié et à la solidarité dans un monde qui se déshumanise au profit de la rentabilité. Ce roman est un peu un conte qui dit tout le bien que la lecture peut apporter. (YJ)

May et Chance
Jim FERGUS

Le Cherche Midi
traduit de l'anglais
310 pages

Etats-Unis. May Dodd est l’une des mille femmes livrées aux Cheyennes. Avec l’assentiment de son mari, son beau-père l’a sortie d’un centre psychiatrique et déclarée morte à ses enfants. May est mariée à un chef de tribu dont elle a un enfant. Après plusieurs années, elle s’enfuit avec un jeune métis, Chance. Ils traversent la grande plaine pour arriver dans la première famille de May, à Chicago. Puis ils repartent pour la Floride où ils entrent dans la troupe de Buffalo Bill. Ils se retrouvent à Londres, Paris puis en Camargue.
Un bon roman d’aventures incroyables menées à un rythme effréné à travers des descriptions des États-Unis remarquables. Un souffle de fraîcheur et d’optimisme. (MD)

 

Le Sourire de Mariam
Ghazi RABIHAVI

Serge SAFRAM
traduit du persan
279 pages

Un couple, Ozra et son mari Issah, cherche à retrouver leur amour d’antan, abîmé par les conditions de vie déplorables dans un immeuble délabré de Téhéran. C’est le seul endroit que le couple de réfugiés du sud du pays a trouvé pour s’abriter, avec leur petite fille handicapée, Mariam, victime collatérale de la guerre entre L’Irak et l’Iran.
Le roman est construit en quatre parties qui alternent les monologues intérieurs des personnages. Pas toujours facile pour le lecteur de rentrer dans les méandres des pensées des deux personnages. L’intérêt de ce roman est de paraître à un moment où l’actualité remet l’Iran au centre du débat et où l’on peut constater que rien n’a changé. (DD)

Les Sentiers obscurs de Karachi
Olivier TRUC

Métailié

268 pages

Jef, jeune journaliste à Cherbourg, mène une enquête à l’approche de la commémoration du vingtième anniversaire de l’attentat contre un bus de la marine pakistanaise, qui effectuait un ramassage des ingénieurs et techniciens français de la DCN de Cherbourg. Ceux-ci travaillaient à la mise au point d’un sous-marin acheté à la France par le gouvernement pakistanais.
Il se rend à Karachi et se fait aider par une jeune lieutenante pakistanaise et un homme droit et fidèle aux valeurs du travail bien fait.
Vingt ans après les faits, Jef va-t-il découvrir la vérité?
Une enquête journalistique intéressante et facile à lire. (FC)

 

Eugenia
Riku ONDA

Akatombo
traduit du japonais
pages

La chaleur est accablante dans K., ville côtière du Japon. Un typhon est annoncé mais la famille Aosawa prépare une grande fête anniversaire de plusieurs de ses membres. La réception tourne à la tragédie lors de la découverte de dix sept personnes agonisantes qui ont été empoisonnées et qui succombent dans d’atroces douleurs.
Le roman est une narration chorale faisant intervenir, chapitre après chapitre, les acteurs ou témoins proches ou lointains du drame.
Déroutant par sa construction très poétique et porté par une écriture très agréable. (PD)

Paysages trompeurs
Marc DUGAIN

Gallimard

227 pages

Un documentariste recruté par les renseignements, son ami Ben et une psychologue israélienne, vont devoir partir en mission pour intercepter l’argent sale des narcotrafiquants.
Nous nous trouvons au coeur des services secrets et des réalités politiques: comment le Mossad, la CIA, et autres services de renseignements agissent dans l'ombre pour contrer ou influencer les événements.
Un roman d’aventures absolument passionnant. (MM)

 

Le Cartographe des absences
Mia COUTO

Métailié
traduit du portugais
pages

Mozambique. En 1973, sous le joug portugais, la population noire subit racisme et discrimination. La lutte contre la colonisation s’amplifie. Adriano Santiago, journaliste et poète la soutient en usant de sa seule arme: l’écriture. Il part pourtant à la recherche de Sandro, déclaré comme son neveu et porté disparu après un massacre perpétré par les colons. Adriano sera finalement arrêté par la police d’état.
En 2019, son fils Diogo, professeur de littérature, revient à Beira, sa ville natale, pour y donner une conférence. Liana, maîtresse de cérémonies, lui apprend que c’est son grand-père qui a fait incarcérer son père. Elle lui remet des documents conservés depuis cette époque, l’incitant à partir sur les traces de son passé. En l’aidant elle espère ainsi compléter sa propre histoire.

...






Le récit, qui se partage entre ces deux périodes, dénonce les pratiques coloniales, dévoile les penchants et activités des uns et des autres et permet de comprendre l’atmosphère sociale et familiale au sein de laquelle vivait le jeune Diogo.
Avec ce roman inspiré de personnages et de faits réels, l’auteur rend hommage à son père et à son pays.
Le propos est assez dense par la multiplicité des intervenants, des échanges croisés et des anecdotes mais on accompagne Diogo avec intérêt et plaisir de lecture. (JC)

Accès aux choix des autres sélections mensuelles
 

retour